Du nouveau pour L’Economie sociale partenaire de L’Ecole de la République (L’Esper)

Toute la Recma

  • 2010
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

Du 13 au 20 mars, la nouvelle édition de la « Semaine de l’ESS à l’école » s'est déroulé un peu partout en France pour élargir le champ de la sensibilisation des élèves à une économie citoyenne, démocratique et solidaire. Porté pendant quatorze ans par l’Office central de la coopération à l’école (OCCE) et Coop FR (organisation représentative du mouvement coopératif français), cette année l’événementa fortement mobilisé l’association L’Esper (L’Economie sociale partenaire de L’Ecole de la République). L’Esper rassemble quarante-six organisations de l’économie sociale et solidaire (associations, mutuelles, coopératives, syndicats) agissant dans le champ de l’école et de la communauté éducative. Localement, des comités de pilotage composés de correspondants de L’Esper, de membres de l’OCCE, des Cress, ont mis en commun leurs réseaux, ressources et idées pour construire des actions.

Bilan positif de la Semaine de l’ESS à l’école
Cet événement national d’une semaine, inauguré dans un lycée de Meurthe et Moselle par Najat Vallaud-Belkacem alors qu’elle était ministre de l’Education nationale, a pris des formes diverses selon les établissements.
L’édition a concerné soixante d’entre eux, soit 2 825 élèves de 113 classes, majoritairement des lycées mais aussi des collèges, des écoles élémentaires, des BTS et des maternelles. Cet état des lieux provisoire et partiel s’étoffera en septembre, au moment du bilan définitif incluant les projets pilotés par l’OCCE. Les initiatives étaient très variées. Les maternelles ont proposé des jeux de découverte de l’ESS, des visites de structures. Certaines classes de lycée ont organisé un marché paysan avec le soutien d’une société coopérative et participative (lycée Jacques Prévert à Saint-Christol-lès-Alès [30]) ; ou encore visité une société coopérative ­d ’intérêt collectif (lycée Henri Meck de Molsheim [67]), ou bien encore, ont pris part à un ciné débat grâce à un partenariat entre la communauté d’agglomération du Muretain (31) et la Macif. En Bourgogne, le lycée Hilaire de Chardonnet a organisé un forum des métiers de l’ESS pour aider l’orientation des jeunes. Les enseignants aussi étaient au centre des attentions de L’Esper durant cette semaine : à Limoges, Poitiers, Grenoble, Nantes et Paris, des stages pour enseignants étaient organisés par la MGEN et L’Esper. Quant à l’académie  du Limousin, elle signait le 8 juin une convention régionale pour l’éducation à l’ESS. Par ailleurs, le 20 mars, une journée nationale intitulée « Mon ESS à l’école » a réuni les partenaires de L’Esper autour de tables-rondes, de témoignages, d’une conférence de Jean-François Draperi, rédacteur en chef de la Recma, sur le thème « ESS, mouvement d’éducation aux valeurs de la République ». Cette journée a été l’occasion d’établir une convention de partenariat entre L’Esper et le CnCres, en présence de Marie-Martine Lips, présidente du Conseil national des Cres, et d’Odile Kirchner, alors déléguée interministérielle à l’ESS. Celle-ci a souligné deux enjeux majeurs des années à venir : établir une meilleure communication sur la semaine de l’ESS à l’école ; généraliser la diffusion des accords-cadres reliant les ministères concernés par l’ESS avec les rectorats dans chaque académie. Elle a souligné aussi l’intérêt de produire un document spécifique de l’Onisep sur les métiers de l’ESS dans la perspective des 714 000 départs à la retraite prévus à l’horizon 2025.

Une action au long cours
Par ailleurs, dans la perspective des échéances électorales, L’Esper a publié un appel collectif pour une économie et une éducation sociales et solidaires, dans lequel elle réaffirme que l’ESS constitue une réponse aux besoins des générations actuelles et futures. Cette dynamique traduit la montée en charge de L’Esper.
Créée en 2010 pour prendre la suite du Comité de coordination des œuvres mutualistes et coopératives de l’Éducation nationale (CCOMCEN), ses interventions s’appuient sur le Manifeste pour l’éducation de 2012, les accords signés en 2013-2014 avec les ministres de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche, et le ministre délégué à l’Economie sociale et solidaire. Ainsi, L’Esper a déjà à son actif la création d’un portail de ressources pédagogiques pour les enseignants et leurs élèves (Ressourcess. fr) ; une charte d’accueil de stage pour les élèves de troisième ; une offre de stage pour les enseignants ; l’animation d’un groupe de travail sur la « formation des éducateurs à l’ESS » qui a élaboré une contribution sur la place de l’ESS dans les programmes de sciences économiques et sociales en lycée. A la demande du Conseil national éducation économie (CNEE), ce groupe travaille actuel- lement sur une offre de formation à partir de fiches historiques et d’études de cas. Enfin, l’ESS en action s’exprime dans le programme « mon ESS à l’école » qui accompagne les élèves dans la création d’entreprise de l’ESS, notamment coopératives, dans les collèges, les lycées, les Maisons familiales rurales et l’enseignement agricole. En quelques mois déjà, trente de ces entreprises ont été créées par une centaine d’élèves encadrés par quatre-vingts enseignants de vingt-quatre établissements de huit régions différentes. Grâce à l’appui d’un salarié de L’Esper, de ses correspondants régionaux, ainsi que des Cress, sans oublier le parrainage d’entreprise de l’ESS, des Amap, recycleries, web documentaires et journaux, murs végétalisés, maison des lycéens, coopératives agricoles ont vu le jour. Ces actions s’inscrivent dans des enseignements divers – éco-gestion, sciences économiques et sociales, lettres, histoire-géographie, sciences – et, dans le cas des collèges, dans le cadre d’enseignements pratiques interdisciplinaires. Dans les lycées, ces projets s’inscrivent dans des parcours « découvertes et citoyens », ou encore hors temps scolaire, et permettent de promouvoir l’ESS, de découvrir la diversité de son monde professionnel, de valoriser l’esprit d’initiative et d’engagement, tout en renforçant la dynamique des établissements.

Danièle Demoustier
Plus d’informations sur Monessalecole.fr et Lesper.fr