Strasbourg, capitale européenne de l’ESS

C’est dans ce cadre de la présidence française du comité de suivi de la Déclaration de Luxembourg que le gouvernement français, par la voix du Haut-Commissaire à l’ESS et à l’innovation sociale, Christophe Itier, a proposé à la Ville et Eurométropole de Strasbourg de porter le projet de « capitale européenne de l’ESS » pour l’année 2019.
Associations, mutuelles, coopératives, fondations : Strasbourg compte un tissu important d’entreprises de l’ESS qui y sont nées. Il souffle sur cette présence historique de l’ESS un vent de renouveau. Ainsi, Coop Alsace (née en 1902 et installée à Strasbourg dès 1911) a certes mis la clé sous la porte en 2015, et l’épisode a été douloureux avec le licenciement de 150 personnes, mais aujourd’hui, l’ancien siège historique de la coopérative de distribution s’apprête à devenir un « village coopératif », véritable mini-quartier qui sera relié à la ville par le tram fin 2019 et desservi par une station nommée Starcoop. « Le choix de faire de Strasbourg la capitale européenne de l’ESS pour une année plait aux acteurs impliqués localement, aux porteurs de projet, il règne une belle effervescence » assure Sandra Guilmin, chargée de mission ESS à la ville.
De nombreux événements sont programmés (à découvrir dans nos colonnes), un des objectifs étant de pérenniser le concept de capitale européenne de l’ESS, à l’instar de celui de Capitale européenne de la culture.