La difficile émergence de l'économie sociale en Corée du Sud

Année de publication:
 2009
Numéro de revue: 

Auteur(s)

Eric Bidet

Toute la Recma

  • 2010
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

Les structures d’économie sociale sont peu développées en Corée du Sud et le concept même d’économie sociale y est presque inconnu. La plupart des coopératives, associations et fondations y oscillent entre des mouvements fortement contrôlés par les pouvoirs publics et d’autres essentiellement tournés vers la recherche du profit. Cependant, l’apparition récente de coopératives de santé, de consommation ou de produits biologiques, d’entreprises sociales et d’associations d’insertion témoigne d’une nouvelle approche et laisse entrevoir la possible émergence d’un secteur dont le développement a été longtemps contrarié par la prégnance multiséculaire du confucianisme. Cet article s’attache à cerner l’influence économique et sociale du confucianisme coréen, qui s’est traduit par un Etat omniprésent, laissant peu d’autonomie à la société civile et repoussant la solidarité sur la sphère familiale et les entreprises. A cet « encastrement culturel » est venu s’ajouter un « encastrement politique » résultant de l’histoire politique contemporaine de la Corée – occupation japonaise, guerre civile et succession de régimes dictatoriaux dans un contexte de guerre froide.

The difficult emergence of a social economy in South Korea

<p>Social-economy organizations are not well developed in South Korea, and even the concept of the social economy is almost unknown. Most of the cooperatives, nonprofit organizations and foundations are either closely controlled by government or essentially profit-oriented. However, the recent appearance of healthcare cooperatives, consumer cooperatives and organic food cooperatives as well as various types of social enterprises reflects a new approach and suggests the possible emergence of a sector whose growth has long been stymied by Confucianism&rsquo;s ancient hold. This article tries to measure the economic and social impact of Korean Confucianism as seen in the ubiquitous presence of the state, which has left little autonomy for civil society and kept social solidarity contained within families and companies. On top of this &ldquo;cultural embeddedness&rdquo; comes the &ldquo;political embeddedness&rdquo; that has resulted from Korea&rsquo;s contemporary political history &mdash;the Japanese occupation, civil war and a succession of anticommunist dictatorial regimes.</p>