"Tribu Rite Mythe" : les outils de gestion du sens de François Rousseau, 28 mai, Paris

L’Association MASTERIMA avec le concours de la Chaire Economie Sociale et Solidaire de Reims vous invite le mardi 28 mai 2013 de 18h30 à 22h30 au Cédias - musée social 5 rue Las Cases Paris 7ème - métro 12 Solférino - RER C Musée d’Orsay Conférence « Tribu Rite Mythe » : les outils de gestion du sens de François Rousseau. 

François Rousseau (1956-2011), grand Monsieur de l’économie sociale et solidaire (ESS), a développé des outils de gestion du sens sur lesquels peuvent s’appuyer les dirigeants de l’ESS. Cette conférence propose de présenter ces outils et d’illustrer la manière dont ils ont été utilisés et déclinés dans des organisations de l’ESS et dans une entreprise.

Animateur :

  • Michel Berry, Directeur de Recherche au CNRS, ingénieur général des mines
  • Mélissa Boudes, assistante de la Chaire ESS de Reims : illustration de Coopaname
  • Nicole Alix, administratrice déléguée, en charge de l’économie sociale à Confrontations Europe, membre du comité de rédaction de la Recma
  • Nadine Richez Battesti, Professeur à l'Université Aix Marseille et Lest Cnrs, membre du comité de rédaction de la Recma: Village club du soleil Marie-Solange Brisse, D.R.H de l’entreprise TIL Technologies

Conférence de 18h30 à 20h30, suivie d’un pot convivial participatif de 20h30 à 22h30 accueil à partir de 18h, démarrage à 18h30

Inscription gratuite mais obligatoire 

Tribu Rite Mythe ?

Dans sa thèse, " Gérer et militer" présentée en 2004 à l’Ecole Polytechnique, en Economie et Sciences Sociales, spécialité Gestion, François Rousseau (1956-2011) parle du triptyque Mythe Rite Tribu, propre à l'organisation militante.

Voici quelques définitions qu'il donnait à ces termes, extraites de "L'organisation militante", RECMA, Paris, n°303, mars 2007, pages 44-66 :

  • le mythe : il est acceptable parce qu’il renvoie au conte, à l’histoire sans fin et au projet forcément inaccessible – mais dont on peut se rapprocher - de l’organisation militante. Il est le point de mire d’une aventure à vivre au plan personnel comme au plan collectif.
  • le rite (geste social) : il est approprié parce qu’il est effectivement la marque tangible du service rendu et qu’on peut le qualifier pour mieux le préciser : geste social, geste collectif, geste de solidarité etc. Sa dimension équivoque subsiste et les liens entre le geste et l’intention poursuivie sont alors rendus inséparables du mythe qui pousse à agir.
  • la tribu (les militants) : renvoie nettement à la notion d’engagement, d’abandon d’une partie de soi et de ses intérêts personnels au profit d’une cause à défendre ou à promouvoir. Le militant combat, donc il agit et commet des actes intentionnels, des gestes.

Invitation