France Active : 25 ans, 29000 emplois créés en 2012

Créé en 1988, France Active propose un accompagnement et des financements solidaires qui permettent de viabiliser les projets et d’accéder aux circuits bancaires et financiers. Il donne ainsi aux chômeurs créateurs d’entreprise et aux entrepreneurs solidaires les mêmes chances d’accéder aux financements que les entreprises ordinaires. Grâce à ses partenaires, à ses mécènes et aux épargnants solidaires, France Active a favorisé en 2012 la création ou la consolidation de plus de 29000 emplois, en s’engageant aux côtés de près de 6200 porteurs de projet pour lesquels il a mobilisé plus de 218 millions d’euros. Pour mener son action, France Active s’appuie sur de nombreux partenaires et sur un réseau de 40 structures de proximité, appelées Fonds territoriaux, constituées de 500 professionnels et de 2000 bénévoles. Au plus proche du terrain, ils conseillent les entrepreneurs et financent leurs projets pour en garantir la pérennité. France Active est l’acteur de référence du microcrédit bancaire garanti et le premier financeur non bancaire des entreprises solidaires en France 

 83 % des créateurs sont des chômeurs

Avec 29 033 emplois créés ou consolidés, 6 172 projets financés et 218 millions d’euros de concours financiers mobilisés, France Active maintient une activité soutenue. « 83 % des créateurs d’entreprises étaient au chômage lorsqu’ils ont démarré leur projet » précise Christian Sautter.

Souvent sous statut associatif, les entreprises ainsi accompagnées n’en dégagent pas moins des bénéfices rapidement : 63% d’entre elles en ont réalisés dans les trois années suivant leur financement.

10 % de croissance en 2013

En 2013, France Active compte poursuive son développement en augmentant de 10% son activité, notamment en encourageant la création d’entreprises par les jeunes et les femmes. « Il s’agit d’une bonne vitesse ascensionnelle en période de crise » ajoute le président de France Active, qui voit se profiler une économie à deux facettes : l’une totalement mondialisée, et l’autre « locale, dynamique et solidaire ».