Le Ciriec international parmi les experts de la Commission européenne

Toute la Recma

  • 2010
    • 2018
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

La Commission européenne a renouvelé à la rentrée le groupe d’experts chargé de la conseiller dans sa politique à l’égard de l’économie sociale et des entreprises sociales. Le Ciriec international y est représenté par Rafael Chaves, docteur en économie à l’université de Valence (Espagne). Il s’agit là d’une reconnaissance de l’expertise scientifique de cette association internationale, doublée d’une avancée appréciable : le groupe d’experts s’appelle désormais «groupe d’experts en économie sociale et entreprises sociales». Pour le Ciriec international «cette claire distinction entre économie sociale et entrepreneuriat social marque une évolution positive dans la vision que la Commission a de l’économie d’intérêt général. Elle rejoint enfin la nôtre». Et de rappeler que, si les entreprises sociales se prévalent de préoccupations sociales, voire sociétales, elles ne peuvent être confondues avec celles de l’économie sociale, qui sont des sociétés de personnes et non de capitaux, procédant d’initiatives collectives, gérées démocratiquement et ne pratiquant pas l’appropriation individuelle des profits.