Rabobank va supprimer 10000 emplois

Le groupe coopératif a vu son résultat opérationnel chuter de 80 % en 2013, à 415 millions d'euros. Il s'attend à de nouvelles dépréciations en 2014 et 2015.

La banque coopérative néerlandaise Rabobank entend poursuivre à marche forcée sa cure d'amaigrissement. En dépit de cessions lucratives, dont celle de la banque polonaise BGZ à BNP Paribas, l'amende de 774 millions d'euros liée au scandale du Libor et des provisions record pour créances douteuses, ont défiguré les comptes 2013 de Rabobank. En chute de 80 %, le résultat opérationnel est ressorti à 415 millions d'euros pour un bénéfice net en baisse de 2 %, à 2 milliards d'euros.

Le groupe a beau avoir déjà dévalué de 40 % ses portefeuilles d'activité depuis 2012 et inscrit 2,6 milliards d'euros de nouvelles provisions l'année dernière, il reste pessimiste. « De nouvelles dépréciations d'actifs, surtout dans les activités immobilières, vont intervenir en 2014 et 2015 », anticipe Rinus Minderhoud, directeur général de Rabobank depuis la démission inopinée en octobre dernier de son prédécesseur, à la suite de l'implication de la banque dans le scandale sur la manipulation du Libor.

[...] L'intégralité de l'article de Didier Burg pour les Echos