Point sur l'ESS équatorienne

Le Labo de l'ESS fait le point sur l'ESS équatorienne. "En Équateur, la constitution fixe comme objectif le bien-vivre pour tous qui se substitue à la recherche de la croissance maximale. Il suppose pour être réalisé, une économie plurielle comprenant des économies privées et publiques mais aussi un secteur populaire et solidaire.

Les organisations qui sont regroupées dans ce dernier, sont basées sur huit principes :

  • Recherche du bien-vivre et du bien commun
  • priorité au travail sur le capital et aux intérêts collectifs sur les intérêts individuels
  • Commerce équitable, consommation éthique et responsable
  • égalité de genre
  • respect de l’identité culturelle
  • autogestion
  • responsabilité sociale et écologique
  • distribution équitable et solidaire des excédents.

On peut distinguer au sein du secteur populaire et solidaire :

  • les coopératives au nombre de 3 827 pour 17 179 emplois directs, définies comme sociétés de personnes qui se sont unies de manière volontaire pour satisfaire leurs biens en commun, à travers la propriété collective et la gestion démocratique de l’entreprise.
  • Les associations, au nombre de 1683 pour 11 307 emplois directs, sont constituées par des personnes ayant pour but de produire, commercialiser, consommer des biens et services socialement nécessaires, de se procurer ensemble des ressources ou de commercialiser leur production de façon solidaire et autogérée.
  • Les organisations communautaires au nombre de 14 600 correspondent à des entités sur des relations et des identités, territorialisées, familiales, ethniques, culturelles, dans lesquelles des collectifs, des peuples et des nationalités engagent des formes de travail en commun incluant des activités de protection de la nature.
  • Les unités économiques populaires sont les plus importantes en termes de création d’emplois puisqu’elles en procurent à 769 491 personnes, dont 58% de femmes. Elles sont dédiées à l’économie du soin aux entreprises individuelles, familiales, domestiques, au petit commerce et à l’artisanat ; leurs activités économiques sont promues grâce à l’association et la solidarité."