Les étudiants des grandes écoles aiment l’ESS sans la connaître vraiment

Toute la Recma

  • 2010
    • 2018
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

Le Boston Consulting Group et la Conférence des grandes écoles publient leur deuxième baromètre « Talents : ce qu’ils attendent de leur emploi ». Interrogés sur leurs ambitions et leurs souhaits professionnels, les étudiants et anciens élèves des grandes écoles avaient révélé l’an dernier que l’économie sociale et solidaire était l’un des secteurs les plus attractifs à leurs yeux. Cette année encore, les 1 680 personnes interrogées confirment cet engouement : 7 étudiants sur 10 souhaitent suivre un stage dans une entreprise de l’ESS et un sur deux souhaite y travailler. Trio de tête des secteurs qui attirent : l’environnement, puis l’éducation et enfin la santé. Ce beau succès de notoriété cohabite toutefois avec une faible connaissance de ce qu’est l’ESS : si 82 % en ont bien entendu parler, 56 % disent ne savoir que « vaguement » de quoi s’agit.