L’emploi privé non lucratif sanitaire et social en berne

Pour la dixième fois, un bilan de l’emploi privé non lucratif sanitaire et social est présenté de façon conjointe par le Centre de ressources DLA (Dispositif local d’accompagnement social, médico-social et de santé), organisme porté par l’Uniopss, et l’association Recherches & Solidarités. Pour la première fois, l’emploi ne progresse pas dans le secteur. Après une augmentation de 7 % entre 2009 et 2017, l’emploi privé non lucratif, tous secteurs confondus du sanitaire et social, enregistre une baisse nette de 1 % entre 2017 et 2018, s’établissant à 1,125 million de salariés en 2018 (soit 58 % de l’ensemble de l’emploi privé non lucratif en France).
La quasi-totalité du secteur est concernée par cette tendance baissière, comme le montrent les chiffres de l’Insee, qui détaille 17 catégories pour le secteur sanitaire et social privé. L’aide à domicile, qui rassemble près de 175 000 salariés, enregistre la baisse la plus significative : 1,3 % entre 2017 et 2018. Les effectifs dans les structures pour personnes âgées connaissent également en 2018 une baisse ou une moindre hausse par rapport à celle de 2017, qu’elles relèvent de l’hébergement médicalisé (-0,7 %), de l’hébergement social (-0,2 %) ou de l’action sociale sans hébergement (+0,9 % entre 2017 et 2018 contre +3,6 % entre 2016 et 2017). La concurrence avec le secteur privé lucratif, les difficultés de recrutement et les tensions sur l’emploi associatif en général contribuent à expliquer ce phénomène.

Étude complète