La MGEN reste dans le vert malgré la hausse des taxes

La Mutuelle générale de l'Éducation nationale (MGEN) a présenté ce mardi un bénéfice net de 19 millions d'euros en 2011, contre 71,6 millions l'année précédente. Elle a subi en 2011 l'entrée en vigueur de la taxe spéciale sur les conventions d'assurance (TSCA), portée à 7% le 1er octobre dernier.

L’année 2011 a été tout particulièrement chahutée pour les mutuelles santé. La crise économique, mais surtout l’entrée en vigueur de la taxe spéciale sur les conventions d’assurance (TSCA), portée à 7% le 1er octobre dernier, a pénalisé ce secteur. Pour Thierry Beaudet, président de la Mutuelle générale de l'Éducation nationale (MGEN), le plan de rigueur de l’Etat français s’est tout simplement transformé "en plan d’attaque contre les mutuelles". "Il n’y a pas un autre secteur de l’économie qui ait subi une augmentation des taxes aussi significative", s'indigne-t-il.

Résultat net de 19 millions d'euros

Dans ce contexte, le président de la MGEN estime ne pas avoir démérité. Sa mutuelle a fini l’année dans le vert de justesse avec un bénéfice de 19 millions d’euros, contre 71,6 millions l’année précédente. Le groupe, qui protège plus de 3,5 millions de personnes, n’a pas répercuté en 2011 la hausse de la TSCA du 1er octobre sur ses adhérents. Cette hausse a du coup représenté une charge supplémentaire de 10,7 millions d’euros pour la mutuelle. Le chiffre d’affaires de la MGEN s’élève quant à lui à 2,015 milliards d’euros, en hausse de 2,5% à périmètre constant. Les cotisations de l’activité "assurance santé prévoyance" se sont élevées à 1,704 milliards d’euros, alors que le chiffre d’affaires lié aux 33 établissements sanitaires et médico-sociaux de la MGEN atteint 311 millions d’euros.

Un portefeuille d'actifs tiré par l'immobilier

Lire la suite de l'article de la Tribune du 16 mai 2012