Et si le modèle coopératif était la solution pour sortir de la crise ?

Coop FR, l’organisation représentative du mouvement coopératif français a présenté ce jeudi son classement des 100 entreprises coopératives les plus performantes. L’industrie est sous-représentée. Actuellement en cours d’examen au Parlement, le projet de loi sur l’Economie sociale et solidaire pourrait changer la donne. Un article de Fabien Piliu pour La Tribune du 23/01/14.

Le modèle coopératif, et en particulier les Sociétés coopératives ouvrières de production (SCOP) ont particulièrement bien résisté pendant cette période très agitée. Moins touchées par les vagues successives de défaillances, elles ont en effet affiché des résultats financiers au dessus de la moyenne et ont, bien souvent, stabilisé leurs effectifs, quand elles n'ont pas créé des emplois.

Les faits sont là. Selon Coop FR, l'organisation représentative du mouvement coopératif français qui présentait ce jeudi son classement des 100 entreprises coopératives les plus performantes, le chiffre d'affaires cumulé des 23.000 sociétés coopératives recensées en France s'élevait à 298 milliards d'euros en 2013, en hausse de 10 milliards par rapport à 2010. Plus globalement, sur les dix dernières années, 23% d'emplois nouveaux ont été créés dans l'Économie sociale et solidaire (ESS) contre 7% dans l'économie traditionnelle.

Les coopératives agricoles se taillent la part du lion

Qui sont les acteurs majeurs du monde coopératif ? Dans le classement réalisé par Coop Fr, établi en fonction du chiffre d'affaires, les coopératives agricoles sont les plus représentées avec 69 coopératives et groupes de coopératives. Les trois groupes coopératifs bancaires français sont présents aux premières places du classement. Le Crédit agricole se classe à la deuxième place, derrière E-Leclerc, la coopérative de commerçants détaillants, BPCE à la quatrième et le Crédit Mutuel à la cinquième place.

En revanche, seules deux sociétés coopératives ouvrières de production (SCOP) sur les 2.004 actuellement en activité appartiennent à ce classement : Acome, spécialisée dans le câblage, qui se situe au 66ème rang et le groupe Chèque déjeuner, à la 74ème place. Si les services et la construction regroupent respectivement 43% et 26% des emplois des SCOP, l'industrie ne représente que 22% des effectifs de ces sociétés qui se créent souvent dans le cadre de reprises d'entreprises en difficultés par les salariés. Ce n'est pas un hasard si 763 SCOP ont vu le jour entre 2008 et 2012.

Une présence marginale des SCOP dans le TOP 100

L'intégralité de l'article de la Tribune