Mutuelles

La mutualité de groupe en groupe...

Le groupe Aésio Macif devrait voir le jour début 2021. Il interviendra dans des domaines divers : la santé, la prévoyance, l’assurance-dommages, l’épargne, la finance, au bénéfice de quelque huit millions d’adhérents.
La constitution de ce groupe est issue d’un accord conclu fin 2018 par les groupes Aésio et Macif, qui sont eux-mêmes le produit de rapprochements. Ainsi, le groupe Aésio a été fondé en 2016 par trois mutuelles réparties entre trois grandes régions françaises : Adréa Mutuelle au Sud-Est et à l’Est, Apréva Mutuelle

Le Pavillon de la Mutualité à Bordeaux, nouvelle entité du groupe VYV

Le Pavillon de la Mutualité a été fondé en 1926 par l’Union mutualiste de la Gironde pour fédérer un ensemble de services mutualistes, dont une clinique inaugurée en 1930. Plusieurs générations de mutualistes de Bordeaux et des communes environnantes ont bénéficié de cette œuvre. Le Pavillon de la Mutualité constitue aujourd’hui le premier groupe mutualiste aquitain, regroupant une cinquantaine de structures sanitaires et médico-sociales réparties dans toute la Gironde, et couvre 65 % de la population du département.

La clinique mutualiste de Grenoble ne deviendra pas coopérative

À l’automne 2019, le conseil d’administration  du Groupe hospitalier mutualiste de Grenoble a décidé de vendre les cliniques mutualistes grenobloises qui se trouvent dans une situation financière difficile. Parmi les repreneurs potentiels, un groupe d’usagers et de salariés a alors proposé de reprendre la clinique sous la forme d’une Scic (société coopérative d’intérêt collectif) en présentant un projet réalisé avec le soutien de l’URScop (Union régionale des Scop) Auvergne-Rhône-Alpes et avec le conseil du cabinet PWC Grenoble (Price WaterhouseCooper).

La Journée internationale de la femme mutualiste à Abidjan

Établi à Abidjan (Côte d’Ivoire), le Programme d’appui aux stratégies sociales (Pass) accompagne les initiatives des décideurs en matière de protection sociale (mutuelles, pouvoirs publics nationaux et locaux) de la zone UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine), dans la création et la structuration de mutuelles, le développement d’offres de santé mutualistes, etc.

La mutualité fait entendre sa voix

Acteur historique de la protection sociale des travailleurs, la mutualité est longtemps restée discrète, limitant ses opérations de communication aux sociétaires. Ce temps est révolu. Faisant suite à la campagne de communication qui, en 2018, soulignait auprès du grand public les spécificités des « vraies mutuelles », celle lancée en 2019 par la Mutualité française vise à valoriser le rôle majeur des mutuelles dans la démocratisation de l’accès aux soins.

Le PLFSS 2020 ne répond pas aux attentes des mutuelles santé

Le PLFSS (projet de loi de financement de la Sécurité sociale) 2020 a suscité dès le mois d’octobre 2019 les critiques sévères de la Mutualité française, qui le qualifie de « texte de renoncement à l’équilibre des comptes sociaux ». La fédération pointe particulièrement :
- la non-compensation des exonérations de cotisations sociales, génératrice de déficits ;

La Mutualité française demande des mesures pour les Espic

La Mutualité française souligne que les mesures récentes annoncées par le Premier ministre pour le service hospitalier public ne concernent pas les établissements de santé privés d’intérêt collectif (Espic). Bien qu’ils soient administrés par des institutions diverses de droit privé (associations, fondations, congrégations ou mutuelles) souvent reconnues d’utilité publique, les Espic remplissent une mission de service public identique à celle des hôpitaux publics.

L’emploi dans les mutuelles : perfectible sur l’égalité salariale hommes-femmes

L’Association nationale des employeurs de la mutualité (Anem) a publié le 5 novembre 2019 les chiffres-clés de l’emploi dans la branche mutualité (données de 2017). Le secteur compte 550 000 salariés répartis ainsi : 39 % d’employés, 35 % de techniciens et 26 % de cadres. 90 % des employés sont en CDI avec une ancienneté moyenne de dix ans. Le turn-over assez faible (10,3 %) témoigne de conditions de travail relativement satisfaisantes.