Mutuelles

Éric Chenut, président nouvellement élu de la Mutualité française

Le poste de président de la Fédération nationale de la Mutualité française (FNMF) était vacant depuis l’élection, en mai dernier, de Thierry Beaudet à la présidence du Conseil économique, social et environnemental (Cese). Le 4 octobre 2021, le candidat Éric Chenut a été élu par les 652 délégués de l’assemblée générale avec 71,5 % des suffrages, face au général Jean-François Furet-Coste, président de la mutuelle des militaires Solidarm. Comme son prédécesseur, il vient de la MGEN et du groupe VYV, où il était administrateur délégué.

La Mutualité française anticipe le lancement de la campagne présidentielle

Dans la perspective de l’élection présidentielle qui aura lieu au printemps 2022, la Mutualité française lance deux initiatives : d’une part, une conférence  citoyenne au terme de laquelle 70 personnes tirées au sort formuleront des propositions sur l’aide, l’entraide et les solidarités ; d’autre part, un décryptage des programmes politiques en matière de santé et de protection sociale sur le site PlacedelaSanté.fr.

Rapprochement entre la Maif et la Smacl

Smacl Assurances et le groupe Maif se rapprochent pour créer une société anonyme commune au service des collectivités territoriales. Créée en 1974, la première est la société mutuelle d’assurance des collectivités et établissements publics, des élus et des agents territoriaux. Selon son président, Jean-Luc de Boissieu, ce rapprochement lui permet de « sécuriser son accompagnement des grands risques des collectivités tout en préservant le modèle mutualiste  fondateur ».

Mutuelles Impact : l’investissement à impact des mutuelles

Lancé par la Mutualité française au printemps dernier, avec la participation de 45 mutuelles, Mutuelles Impact est le premier fonds d’investissement à impact social et environnemental consacré à la santé et au médico-social. Avec cette création, les mutuelles, qui sont contraintes par la réglementation européenne  de disposer d’importants fonds propres, entendent les destiner à de jeunes entreprises pouvant contribuer à améliorer l’accès aux soins des adhérents et, plus globalement, leur bien-être.

Les petites mutuelles épargnées par la révision de Solvabilité 2

Le seuil d’application de la directive Solvabilité 2, qui encadre le régime pruden tiel des assureurs européens, a été relevé par la Commission européenne à 15 millions d’euros de chiffre d’affaires, contre 5 millions actuellement. C’est une bonne nouvelle pour une quarantaine de mutuelles, qui se trouvent ainsi libérées des contraintes administratives et financières de Solvabilité 2. La Mutualité française, qui souhaitait que le seuil soit relevé à 25 millions, se déclare donc « partiellement satisfaite ».

Raisons d’être en cascade dans le monde mutualiste

On se souvient que la Maif avait soulevé un certain émoi en étant la première entreprise de l’ESS à définir sa raison d’être en juin 2019, avant de se déclarer  entreprise à mission en juillet 2020. Un an plus tard, de plus en plus de mutuelles santé et assurances de toutes tailles ont publié leur raison d’être : la Mutuelle générale, la Mutuelle d’Ouest-France, la Tutélaire (Mutuelle humaniste), la MGEN, la Macif, la Mutuelle générale de la police, Harmonie Mutuelle, le groupe Matmut.

Le groupe hospitalier mutualiste de Grenoble : saison 2

L’affaire du groupe hospitalier mutualiste (GHM) de Grenoble ne manque pas de rebondissements. Rappelons tout d’abord que ce groupe est constitué de trois établissements, rassemblant 1 300 salariés : la clinique des Eaux-Claires, fondée en 1957 à l’initiative de l’Union départementale des sociétés mutualistes de l’Isère, la clinique d’Alembert, créée en 2006, et l’Institut Daniel-Hollard. À la suite de difficultés financières récurrentes, le GHM a été mis en vente par la mutuelle Adréa et la Mutualité française de l’Isère.

La nouvelle gouvernance de la MGEN répond à la diversification du sociétariat

Depuis sa fondation en 1946 par un groupe d’instituteurs syndicalistes, la MGEN a vu son sociétariat évoluer. Elle n’est plus la mutuelle exclusive des  personnels de l’Éducation nationale depuis qu’elle s’est ouverte « aux services ministériels qui en dépendent ou en sont issus », ainsi qu’à la Recherche, à  l’Enseignement supérieur, la Jeunesse et les Sports, et à l’Environnement.