Mutuelles

La Mutualité Française salue la réforme du régime de complémentaires santé des fonctionnaires d’État

Depuis le 1 er janvier 2022, l’État participe au financement de la complémentaire santé de ses agents à hauteur de 15 euros mensuels. Cette aide modeste, mais néanmoins inédite, est appelée à prendre de l’ampleur avec la signature fin janvier, par le gouvernement et l’ensemble des organisations syndicales de la fonction publique, d’un accord relatif au nouveau régime de protection sociale  complémentaire des fonctionnaires d’État.

Quelle place pour la santé dans les propositions des candidats à l’élection présidentielle ?

1 er mars, la Mutualité Française a organisé un Grand Oral mutualiste des candidats à la présidence de la République pour débattre sur leurs propositions en matière de santé et de protection sociale. Selon une enquête menée par l’agence Harris Interactive pour la fédération mutualiste, 66 % des Français estiment que ce thème, qui est au cœur de leurs préoccupations, n’a pas été suffisamment traité dans la campagne présidentielle.

Le groupe VYV voit plus loin que la santé

Conformément à son plan de stratégie VYV 2025 présenté en janvier dernier, le groupe VYV déploie ses activités au-delà de son champ traditionnel d’intervention, qui est l’assurance de personnes en santé-prévoyance. Il propose désormais aux employeurs de souscrire à une offre en IARD (Incendie, accident et risques divers). D’ici 2023 seront également proposés aux particuliers une assurance-santé pour les animaux, une assurance multirisque habitation et une protection juridique.

Stratégies d’alliances-désalliances dans la Mutualité Fonction Publique

La Mgefi (Mutuelle générale de l’économie et des finances) a récemment quitté le groupeVYV en affirmant son intention de s’affilier au groupe MatMut. De son côté, la MMJ – Mutuelle des métiers de la Justice et de la Sécurité – a décidé de quitter le groupe AG2R La Mondiale, dès lors qu’Interiale, mutuelle concurrente sur  les appels d’offres lancés par le ministère de la Justice, a rejoint legroupe.

Bannir les logiques lucratives de la prise en charge des personnes âgées dépendantes

Le coup de projecteur mis pendant la pandémie sur les pratiques scandaleuses de certains Ehpad à l’égard de leurs résidents, suivi de la publication de  l’ouvrage de Victor Castanet, Les fossoyeurs, a amené un questionnement salutaire sur le modèle souhaitable pour ces établissements. De fait, qu’ils  appartiennent au groupe Korian ou au groupe Orpea, les Ehpad au cœur du scandale relèvent tous du secteur privé à but lucratif.

La mutualité, une idée d’avenir

Les mutuelles qui protègent les français contre les aléas de leur santé et pour leur prévoyance, dérangent. Hier, les pouvoirs publics lorgnaient sur leurs réserves. Aujourd’hui, ils remettent en cause la pertinence de leur action, complémentaire à celle de la Sécurité sociale. Pourtant, elles ont prouvé qu’elles offraient un terrain d’expression démocratique, et une très forte capacité d’innovation en termes de prise en charge, d’accompagnement, d’action sociale et surtout de prévention. Proches de leurs adhérents sur l’ensemble des territoires, elles sont à même de proposer des solutions élaborées collectivement pour faire face à des crises touchant à la santé de nos concitoyens comme celle que nous venons de connaître. Mais aussi d’offrir des services de soins et d’accompagnement. Un modèle qui répond pleinement aux attentes d’une société en quête de sens.

 

Numéro de revue: 
364
Année de publication: 
2022
Auteur(s): 
Roland Berthilier

La Mutualité française invite les candidats à la présidentielle à un grand oral

La Mutualité française invite les candidats à l’élection présidentielle de 2022 à venir présenter leurs propositions en matière d’accès aux soins et de protection sociale, dans le cadre d’un Grand Oral qui se tiendra le 9 mars à Paris au Palais Brogniart, en présence des think tanks Terra Nova, Institut  Montaigne, Fondation Jean Jaurès, Fondation pour l’innovation politique. La fédération réitère ainsi une initiative lancée pendant la campagne présidentielle de 2017, visant à mettre la question de la prise en charge de la santé au cœur des débats.

La Mutualité française et le Pacte du pouvoir de vivre

En mars 2019, alors que le monde s’enfonçait dans la pandémie, le Pacte pour le pouvoir de vivre, signé par 19 organisations fondatrices dont la Mutualité française, formulait une série de propositions pour un modèle de société plus écologique, solidaire et démocratique. Ce pacte rassemble aujourd’hui plus de 60 membres issus du monde du travail, de l’éducation populaire, de l’ESS (notamment de la Mutualité) engagés auprès des populations vulnérables et démunies, dans l’aide aux migrants et la protection de l’environnement.

Les retrouvailles de la MAIF et de la Camif

Un bref retour historique s’impose pour comprendre comment MAIF et Camif reprennent leur compagnonnage après une éclipse de treize ans. En 1947, les responsables de la MAIF (Mutuelle assurance des instituteurs de France) décidaient de créer une organisation d’achats en commun, dont les bénéfices permettraient d’abonder une caisse de secours exceptionnels. Dans le contexte de rationnement de l’après-guerre, il s’agissait également d’aider les ménages d’instituteurs à se rééquiper en articles de qualité, moins chers que sur le marché.

Un Pacte mutualiste latino-américain à destination des jeunes

Les membres latino-américains de l’AIM (Association internationale de la Mutualité) ont élaboré et adopté un « Pacte mutualiste pour une plus grande implication des jeunes dans le mouvement ». Il s’agit d’une sorte de manifeste qui souligne sur le rôle clé de l’éducation au mutualisme, que ce soit dans le cadre des mutuelles scolaires ou au sein des universités. Les signataires insistent sur la nécessité d’en finir avec les stéréotypes sur la jeunesse, qui est en mesure de revitaliser le mouvement en lui apportant ses compétences propres.