Coopération

La Journée internationale des coopératives : de New York à Vaulx-en-Velin

Le 5 juillet a été célébrée au siège de l’ONU, à New York, la Journée internationale des coopératives sur le thème : « La consommation et la production durables de biens et de services ». À cette occasion, Ariel Guarco, président de l’ACI (Alliance coopérative internationale), a rappelé que les coopératives jouaient un triple rôle :
• « En tant qu’acteurs économiques, elles créent des opportunités pour l’emploi, les moyens de subsistance et la génération de revenus ;

3 e séance du séminaire « Histoire de la coopération », journée d’études sur le thème « Coopératives et modernisation »

15 novembre : Dijon, salle des séminaires de la Maison des sciences de l’homme. 3 e séance du séminaire « Histoire de la coopération », journée d’études sur le thème « Coopératives et modernisation », organisée par le centre Georges-Chevrier de l’université de Dijon.

3 e conférence internationale sur les coopératives (Icoop 2018)

15-16 novembre : Tagaytay City, Cavite, Philippines. 3 e conférence internationale sur les coopératives (Icoop 2018), sur le thème : « Cooperative Transformation in the Changing Global Economy », organisée par l’Institute of Cooperatives and Bio-Enterprise Development, CEM, University of the Philippines Los Banos.


http://icoped.com/icoop2018

Les parts congrues de la coopération : penser la question de la propriété dans les Coopératives d’activités et d’emploi. L’exemple de la Scop Coopaname

Ce qui est congru est juste, exact. Toute expérience coopérative implique un débat permanent sur les parts congrues de la coopération, où se joue notamment l’équilibre entre personne et collectif. Mais comment coopérer congrûment quand la coopération intègre une troisième partie, l’activité – objet juridique mal identifié qui constitue pourtant l’une des deux composantes de la Coopérative d’Activités et d’Emploi (CAE) ? En étudiant de quelle manière Coopaname, Scop issue du mouvement des CAE, traite la question du résultat comptable, les auteurs illustrent comment le débat sur les choix de gestion dans un jeu coopératif complexe débouche sur une  appréhension originale du rapport à la propriété. La négociation permanente entre injonctions de gestion contradictoires semble ainsi fonder le commun coopératif.

 

Numéro de revue: 
350
Année de publication: 
2018
Auteur(s): 
Stéphane Veyer, Joseph Sangiorgio

Sociétés commerciales agricoles acquises par des coopératives : quelles motivations lorsque les agriculteurs deviennent coopérateurs ?

Dans l’industrie alimentaire française, la part de marché des coopératives agricoles a augmenté d’environ 7% de 2000 à 2015, principalement par l’acquisition de sociétés commerciales. Dans certains cas, les agriculteurs fournisseurs de ces entreprises sont devenus membres des coopératives. Dans d’autres, ils sont restés agriculteurs fournisseurs non-coopérateurs ou sont partis à la concurrence. La présente recherche vise à identifier les motifs et les modalités de prises de décision des agriculteurs et des coopératives, de sorte à compléter la théorie économique sur les relations entre une coopérative et ses filiales en sociétés commerciales. Elle s’appuie sur l’étude de cinq cas d’acquisition de sociétés commerciales par des coopératives agricoles.

Numéro de revue: 
350
Année de publication: 
2018
Auteur(s): 
Francis Declerck, René Mauget

Des voyages apprenants sur la Route européenne de la culture coopérative

Voici quatre ans, le projet Cooproute (Route européenne de la culture coopérative) a vu le jour. Aujourd’hui, une centaine de coopératives réparties dans douze pays européens proposent au public de découvrir le patrimoine industriel et culturel unique qu’elles incarnent de par leurs valeurs de démocratie, d’égalité et de solidarité. Cette mise en lumière de la culture coopérative a émergé grâce au Cecop-Cicopa (confédération européenne des coopératives de production industrielles et de services), qui a piloté le projet.

Les coopératives agricoles face au projet de loi « Agriculture et Alimentation »

La 4e édition de la Semaine de la coopération agricole, organisée par Coop de France, s’est tenue début juin. Vaste opération de communication, cet événement annuel vise à mieux faire connaître au public les coopératives agricoles, en mettant l’accent sur « les réalités positives » (selon les termes de Coop de France) de ces quelque 2 600 entreprises.
Celles-ci sont concernées au premier chef par le projet de loi « agriculture et alimentation », actuellement en plein débat parlementaire.

L’esprit coopératif rajeunit

À l’approche des vacances d’été, diverses initiatives tendent à promouvoir l’esprit coopératif auprès des jeunes. Ainsi, avec une thématique « Coopérer pour l’avenir », la 4e Semaine de la coopération agricole, qui s’est tenue début juin, visait plus particulièrement à sensibiliser les jeunes agriculteurs à ces pratiques traditionnelles dans leur profession. Le mois de juin a vu également le lancement estival des Coopératives jeunesse de services (CJS), qui éduquent leurs jeunes adhérents (16-18 ans) à l’entrepreneuriat coopératif.