protection sociale

La Mutualité Française salue la réforme du régime de complémentaires santé des fonctionnaires d’État

Depuis le 1 er janvier 2022, l’État participe au financement de la complémentaire santé de ses agents à hauteur de 15 euros mensuels. Cette aide modeste, mais néanmoins inédite, est appelée à prendre de l’ampleur avec la signature fin janvier, par le gouvernement et l’ensemble des organisations syndicales de la fonction publique, d’un accord relatif au nouveau régime de protection sociale  complémentaire des fonctionnaires d’État.

Le groupe VYV voit plus loin que la santé

Conformément à son plan de stratégie VYV 2025 présenté en janvier dernier, le groupe VYV déploie ses activités au-delà de son champ traditionnel d’intervention, qui est l’assurance de personnes en santé-prévoyance. Il propose désormais aux employeurs de souscrire à une offre en IARD (Incendie, accident et risques divers). D’ici 2023 seront également proposés aux particuliers une assurance-santé pour les animaux, une assurance multirisque habitation et une protection juridique.

La mutualité, une idée d’avenir

Les mutuelles qui protègent les français contre les aléas de leur santé et pour leur prévoyance, dérangent. Hier, les pouvoirs publics lorgnaient sur leurs réserves. Aujourd’hui, ils remettent en cause la pertinence de leur action, complémentaire à celle de la Sécurité sociale. Pourtant, elles ont prouvé qu’elles offraient un terrain d’expression démocratique, et une très forte capacité d’innovation en termes de prise en charge, d’accompagnement, d’action sociale et surtout de prévention. Proches de leurs adhérents sur l’ensemble des territoires, elles sont à même de proposer des solutions élaborées collectivement pour faire face à des crises touchant à la santé de nos concitoyens comme celle que nous venons de connaître. Mais aussi d’offrir des services de soins et d’accompagnement. Un modèle qui répond pleinement aux attentes d’une société en quête de sens.

 

Numéro de revue: 
364
Année de publication: 
2022
Auteur(s): 
Roland Berthilier

Les propositions de la Mutualité française pour la transformation du système de santé

En septembre 2019, la Mutualité française avait organisé ses journées de rentrée sur le thème « Les mutuelles, actrices de la transformation du système de santé ». Il s’agissait, pour le partenaire historique de la Sécurité sociale, de mieux faire entendre sa voix en tant que force de proposition auprès des pouvoirs publics.

Regards pluriels sur l’avenir mutualiste dans le monde d’après

Au cours de la crise du coronavirus, les organismes mutualistes de Livre II et de Livre III ont rempli leur mission d’acteurs de la protection sociale en mettant en place diverses actions de solidarité (cf. rubrique « En bref » du n° 356 de la Recma). Cette période a vu fleurir nombre de propositions ou de spéculations sur « le monde d’après » de la part de tous ceux qui espèrent une disqualification définitive de la doxa de la rentabilité, notamment dans le domaine sanitaire.

Entre stratégie disruptive et pouvoir de régulation, quel rôle pour la mutualité ?

Le rôle joué par les mutuelles depuis la fin du XVIII e siècle est unanimement reconnu comme primordial dans la protection sociale de notre pays, en raison de leur objet – répondre aux besoins de protection contre la maladie et la vieillesse – et de la « spécificité de la pratique mutualiste, [qui] repose, depuis l’origine, sur certains invariants de nature éthique et fonctionnelle [1] ». Pourtant, les mutuelles sont le plus souvent présentées comme sinon passives, du moins intimement dépendantes de la législation en vigueur.

L’Association d’économie sociale consacre ses Journées 2018 à la question des ressources

Les Journées annuelles de l’Association d’économie sociale (AES), créée en 1979, sont des moments de présentation et de discussion des travaux académiques de la communauté des chercheurs en économie sociale. Le champ couvert est en réalité plus large que celui de l’économie sociale et solidaire (ESS) telle qu’elle est aujourd’hui conçue. Il inclut en effet l’économie et la socioéconomie du travail, de la santé, de l’éducation et de la protection sociale.

L’accès aux soins de santé et à la sécurité sociale considéré comme droit fondamental en RDC

La RDC fonde sa stratégie de protection sociale sur la mise en place du « socle de protection sociale » à toute la population congolaise. Le vice-Premier ministre, ministre de l’Emploi, travail et prévoyance sociale, Willy Makiashi, a réaffirmé l’engagement du gouvernement de la RDC à considérer l’accès aux soins de santé et à la sécurité sociale comme un droit fondamental et inalienable de tout Congolais, à l’ouverture lundi à Kinshasa des travaux de validation des statuts de la Plate-forme des organisations promotrices des mutuelles de santé (POMUCO).