Économie sociale

L’économie sociale dans les services de proximité : pionnière, partenaire

Cet article investit le champ des services de proximité, en croisant approches théoriques et analyses empiriques issues d'observations sur le territoire de Charleroi, en Belgique. A partir des caractéristiques inhérentes au concept, les auteurs identifient les enjeux associés aux services de proximité, aussi bien pour l'usager que pour la collectivité. Dans ce contexte, quel est le rôle spécifique de l'économie sociale ? En considérant quatre domaines de prestation de ces services - aide à domicile, accueil de la petite enfance, développement de quartier, aide au logement -, l'étude menée sur le terrain révèle une diversité de prestataires parmi lesquels les associations occupent une place prépondérante, devant le secteur public. Les typologies établies permettent de situer les différentes organisations impliquées au regard de critères tels que le mode de financement - marchand ou non marchand - ou le degré d'implication des acteurs. A l'appui des théories économiques se dégagent ainsi différentes facettes du rôle des associations dans le champ des services de proximité : innovation, "réponses particulières" Ces éléments amènent à relativiser l'objectif d'insertion de personnes peu qualifiées souvent attribué à ces services et permettent de dégager quelques orientations pour des politiques publiques qui viendraient soutenir le rôle de l'économie sociale, en complémentarité avec une pluralité d'acteurs. 

Numéro de revue: 
273
Année de publication: 
1999
Auteur(s): 
Bruno Gilain, Marthe Nyssens

Prolégomènes à une œuvre d’économie sociale : écrits de Charles Gide, 1869-1886

Marc Pénin, auteur de la remarquable biographie : Charles Gide (1847-1932), l'esprit critique, présente dans cet article le premier volume des œuvres de Charles Gide, qui réunit les écrits de la période 1869-1886. Ces textes, dont le regroupement thématique respecte la logique chronologique, constituent en fait une introduction à une œuvre d'économie sociale qui se déploiera dans les prochains volumes. La première partie de l'ouvrage permet d'appréhender la réflexion de Charles Gide sur des faits marquant l'actualité de son époque. La première représentation moderne dans le théâtre romain d'Orange, les tentatives de restauration de la monarchie, la loi sur le divorce, les premiers pèlerinage à Lourdes et bien d'autres thèmes traités révèlent une diversité d'intérêt, un esprit curieux, parfois caustique et déjà engagé en faveur des associations. Sa thèse de doctorat, dont la deuxième partie présente de larges extraits, y sera d'ailleurs consacrée en traitant du "droit d'association en matière religieuse". Les écrits économiques, dont le premier date de 1879, sont regroupés dans la troisième partie. Ils montrent un Charles Gide préoccupé des questions sociales, ouvert aux évolutions, critique envers le libéralisme doctrinaire et opposé au protectionnisme. On y lira les prémices de son orientation vers l'économie sociale, comme les bases de son engagement dans le mouvement coopératif. 

Numéro de revue: 
273
Année de publication: 
1999
Auteur(s): 
Marc Pénin

Opportunités et menaces pour les coopératives en Europe

Villa el Salvador (VES) est un bidonville de 300 000 habitants, en banlieue de Lima. Cette municipalité se caractérise par son haut degré d'organisation sociale : non seulement plus de 3 000 associations y sont aujourd'hui actives, mais celles-ci déploient leurs activités dans un cadre très évolué de développement communautaire. VES a en effet su développer un aménagement de son territoire correspondant à une organisation de la communauté par groupes résidentiels autour de 120 places communes. Cette expérience unique en Amérique latine est riche en leçons de toutes sortes. Comment
s'organisent ces 300000 habitants et comment la municipalité a-t-elle pu en arriver à planifier son développement ? Issu d'une enquête sur place et de plusieurs échanges, échelonnés sur dix ans, entre Péruviens et Québécois engagés dans la coopération internationale et l'économie sociale, ce texte, qui constitue la première partie d'un article, présente l'expérience de Villa el Salvador sur vingt-cinq ans, son contexte et ses projets concrets de développement. Dans le prochain numéro, les auteurs rendront compte des paramètres plus généraux et des conditions de réussite d'une telle expérience de développement local en la cadrant dans une démarche plus générale d'économie plurielle.

Numéro de revue: 
271
Année de publication: 
1999
Auteur(s): 
Louis Favreau et Lucie Fréchette

Le quadrilatère d’Henri Desroche revisité

Pour qui s'intéresse à l'organisation coopérative, le quadrilatère d'Henri Desroche constitue un outil précieux d'analyse, aujourd'hui largement utilisé sur le plan pédagogique.

Dans cet article, Serge Koulytchizky l'actualise en intégrant des acteurs qui prennent une nouvelle dimension dans le cadre de l'évolution des entreprises de l'économie sociale. Le quadrilatère est ainsi replacé dans ses environnements à l'aide d'exemples très divers, qui peuvent concerner aussi bien le champ associatif que la coopération agricole. Cette mise en perspective ouvre également l'opportunité de proposer des pistes pour la recherche, appliquée ou fondamentale. 

Numéro de revue: 
272
Année de publication: 
1999
Auteur(s): 
Serge Koulytchizky

Développement communautaire et économie solidaire : l’expérience péruvienne de Villa el Salvador

La population de Villa El Salvador (VES) a acquis, en plus de vingt-cinq ans, une large expérience dans la gestion de ses propres projets et dans le contrôle de son développement. Ce modèle est profondément ancré dans la tradition communautaire indienne, qui n'aurait probablement pas survécu à l'industrialisation et à la prolétarisation de la main-d'œuvre accompagnant cette industrialisation. Mais cette culture a trouvé au Pérou un terrain propice dans l'économie informelle. Il faut voir là un premier facteur de réussite de VES comme expérience de développement local et de démocratie à une échelle qui déborde le microdéveloppement. Cette participation ou cette mise à contribution de la culture locale de type communautaire, au sens ancien de ce mot, n 'est cependtmt pas suffisante. Aujourd'hui, plus de 3000associations (de quartier et sectorielles) s'activent et animent la Communauté urbaine autogérée de Villa el Salvador (Cuaves) à partir d'un réseau de voisinage très structuré, qui a su prendre le contrôle de sa croissance dès ses débuts, dans le cadre d'une organisation de l'espace par groupes résidentiels constitués autour de 120 places communes. Cette communauté autogérée s'est aussi dotée des attributs de la modernité, en créant une collectivité publique et en mettant à profit plusieurs organisations non gouvernementales (ONG) nationales, de même que des organisations de solidarité internationale (OSI). Quels sont les paramètres généraux qui fondent la réussite de cette expérience de développement local devenue une ville autogérée de 300000 habitants ? Telle est la question qui guide les auteurs dans ce texte, qui constitue la seconde partie de l'article consacré à VES (cf. Recma, n° 271). 

Numéro de revue: 
272
Année de publication: 
1999
Auteur(s): 
Louis Favreau, Lucie Fréchette