Asie

ESS, entreprise sociale et pauvreté : l’exemple des Philippines

Cet article porte sur un certain type d’entreprises sociales ayant émergé aux Philippines dans un contexte marqué par la pauvreté et les inégalités sociales. Il s’agit d’entreprises sociales permettant aux pauvres d’être les principaux acteurs de la création et de la redistribution de la richesse. L’auteure présente les principaux résultats de trois recherches qu’elle a menées entre 2008 et 2015 en collaboration avec l’Institut de l’entrepreneuriat social en Asie, sur ces entreprises dans lesquelles les pauvres sont les principaux intervenants (Social enterprises with the poor  as primary stakeholders, SEPPS). Elle distingue deux modèles : le modèle de collaboration qui implique les pauvres comme partenaires transactionnels et le modèle d’autonomisation dans  lequel les pauvres ne sont mobilisés qu’en tant que partenaires transformationnels. En tant que réponses aux défaillances de l’Etat et du marché et en tant qu’organisations hybrides engagées dans ce processus de transformation, les SEPPS jouent un double rôle dans la construction d’une économie équitable et plurielle aux Philippines.

Numéro de revue: 
342
Année de publication: 
2016
Auteur(s): 
Marie Lisa Dacanay

L’entreprise sociale au Cambodge : typologie et institutionnalisation

Cet article présente différentes notions d’entreprises sociales (ES) en soulignant le besoin aigu de renforcement des capacités dans la sphère politique où, jusqu’à présent, seules la micro­ finance et les coopératives agricoles ont reçu un soutien législatif de la part du gouvernement royal du Cambodge. Les problèmes essentiels au Cambodge sont la densité des organisations non gouvernementales dont sont issues la majorité des ES et les modifications des modalités de l’aide internationale. Les variables principales pour distinguer les ES au Cambodge prennent en compte leur enregistrement effectif comme entreprise et leur gouvernance. L’article fait écho à un travail sur la typologie des ES en Asie de l’Est, qu’il amène à se confronter aux réalités différentes de l’Asie du Sud-Est.

Numéro de revue: 
342
Année de publication: 
2016
Auteur(s): 
Sothy Khieng, Isaac Lyne

ESS et entreprise sociale dans le contexte vietnamien

Cet article apporte un éclairage sur l’évolution des entreprises sociales au Vietnam. Pour cela, il présente quatre modèles d’entreprises sociales, à savoir les coopératives, les entreprises sociales fondées et dirigées par des entrepreneurs sociaux, les entreprises sociales incubées par des intermédiaires professionnels et les entreprises sociales transformées à partir d’ONG locales. Ces quatre modèles présentent des caractéristiques différentes concernant leur mission sociale, leurs finances et leur gouvernance. Alors que l’Etat joue un rôle mineur dans la réglementation du statut légal des entreprises sociales, les entrepreneurs sociaux, les intermédiaires professionnels et le marché sont les trois principaux leviers pour le développement du secteur de l’entreprise sociale.

Numéro de revue: 
342
Année de publication: 
2016
Auteur(s): 
Pham Vu Thang

L’ESS au regard des communs

Dans ce numéro 342, nous poursuivons le dossier sur l’économie sociale en Asie ouvert dans le numéro précédent. Portant sur l’ESS au Japon, en Corée et en Chine (numéro 341), au Vietnam, au Cambodge et aux Philippines (ce numéro), les articles réunis par Jacques Defourny et Eric Bidet offrent un panorama inédit, passionnant et inspirant. La diversité qu’il révèle confirme à qui pouvait encore en douter le renouveau de l’ESS que nous avions déjà constaté en réalisant le numéro spécial Amérique latine (numéro 337, été 2015).

Entreprise sociale et économie sociale en Asie (deuxième partie)

Les trois textes de ce dossier offrent un aperçu des débats et des politiques publiques touchant l’entreprise sociale et l’économie sociale dans trois pays d’Asie du Sud-Est : les Philippines, le Cambodge et le Vietnam. Ce dossier complète celui présenté dans le précédent numéro de la Recma et ces  extes sont également issus de contributions réalisées en lien avec le projet ICSEM de comparaison des modèles d’entreprise sociale au niveau mondial (ICSEM est l’abréviation de Interprise Models. Ce vaste projet de recherche, initié en 2013, couvre aujourd’hui plus de 50 pays à travers le monde et rassemble environ 200 chercheurs. Appuyé en premier lieu par la politique scientifique fédérale belge dans le cadre d’un pôle d’attrac­t ion interuniversitaire (PAI) sur l’entreprise sociale, le projet ICSEM bénéficie aussi en France du soutien de la Fondation Crédit coopératif et du groupe CDC.Le projet ICSEM est jalonné de réunions scientifiques au niveau régional (ICSEM regional symposiums) et au niveau mondial, mais aussi de ICSEM local talks où les premiers résultats sont mis en débat avec les parties prenantes au niveau national. Pour plus d’informations sur le projet ICSEM : www.socent.be/icsem-project.).
Alors que le premier volet a apporté un éclairage sur des pays d’un niveau de développement assez comparable à celui des pays européens (Japon, Corée du Sud) et un autre qui représente un cas à part notamment en raison de sa taille (Chine), ce second volet nous donne à voir ce que sont les modèles et les problématiques de l’entreprise sociale et de l’économie sociale dans des pays où l’économie de marché s’est développée tardivement, où la démocratisation est récente et la société civile encore émergente. A travers ces exemples, il est possible de percevoir quelques-uns des traits spécifiques de l’entreprise sociale et de l’économie sociale dans de tels contextes, notamment le rôle moteur que peuvent jouer des ONG locales ou internationales, le besoin de soutien et de reconnaissance publics, la contribution essentielle à des problématiques telles que la pauvreté ou l’exclusion, ou encore l’ancrage important dans des activités en lien avec des besoins qui sont ceux de populations encore majoritairement rurales.
L’économie sociale et l’entreprise sociale y apparaissent comme des alternatives efficaces – mais non suffisantes – à des dispo­sitifs publics encore très embryonnaires, en même temps qu’elles sont souvent dépendantes pour leur pérennité de ressources publiques ou d’un soutien du secteur privé institutionnalisé. Il en résulte notamment que la question de l’autonomie apparaît souvent plus cruciale que celle de la gouvernance, ce qui ­t ransparaissait déjà dans les cas présentés dans le dossier précédent. Ces expériences incitent à s’interroger sur l’existence d’un modèle asiatique d’économie sociale ou d’entreprise sociale qui ne partagerait pas toutes les caractéristiques du modèle européen et, par extension, sur les limites ou les précautions nécessaires pour transposer dans le contexte asiatique un concept construit dans le contexte occidental.

 

Numéro de revue: 
342
Année de publication: 
2016
Auteur(s): 
Eric Bidet, Jacques Defourny et Marthe Nyssens

Entreprise sociale et économie sociale en Asie (première partie)

La deuxième partie de ce dossier, qui sera consacrée à l’Asie du Sud-Est, paraîtra dans le n° 342 de la Recma.

Les textes présentés dans ce dossier sont issus de travaux qui ont été produits dans le cadre du projet ICSEM de comparaison des modèles d’entreprise sociale au niveau mondial (ICSEM est l’abréviation de « International Comparative Social Enterprise Models ». Le projet ICSEM est jalonné de réunions scientifiques au niveau régional (ICSEM Regional Symposiums) et au niveau mondial, mais aussi de ICSEM Local Talks,  où les premiers résultats sont mis en débat avec les parties prenantes au niveau national. Pour plus d’informations sur le projet ICSEM : www.socent.be/icsem-project.).Ce vaste projet de recherche, initié en 2013, couvre aujourd’hui plus de 50 pays à travers le monde et rassemble environ 200 chercheurs. Appuyé en premier lieu par la politique scientifique fédérale belge dans le cadre du Pôle d’attraction  interuniversitaire (PAI) sur l’entreprise sociale, le projet ICSEM bénéficie aussi en France du soutien de la  Fondation du Crédit coopératif et du Groupe CDC.

Avant de déboucher sur des analyses comparatives approfondies (2016-2018), la première vague des travaux ICSEM a porté sur l’identification, dans chaque pays, des principaux modèles émergents de l’entreprise sociale, sur l’analyse des contextes dans lesquels ils s’enracinent et sur les trajectoires par lesquelles la plupart d’entre eux connaissent une institutionnalisation progressive (Les ICSEM Working Papers peuvent être téléchargés à partir du site susmentionné.).
Nous avons choisi, pour ce dossier, de mettre l’accent sur quelques-uns des pays asiatiques qui participent au projet ICSEM. Ces pays ont été répartis en deux groupes : l’un issu de l’Asie du Nord-Est, l’autre de l’Asie du Sud-Est. Les trois pays présentés dans ce premier ensemble appartiennent au bloc de l’Asie du Nord-Est ; ils ont notamment en commun une culture profondément ancrée dans la philosophie confucianiste, dont les valeurs structurent encore largement la société. Si deux d’entre eux – la Corée du Sud et le Japon – sont assez proches de la France sur différents aspects, notamment en termes de niveau de développement économique et de répartition des revenus, la Chine s’en distingue très nettement et représente, de par sa taille, son niveau de développement et son système politique, un exemple d’un genre très particulier dans cet
ensemble.

 

Numéro de revue: 
341
Année de publication: 
2016
Auteur(s): 
Eric Bidet, Jacques Defourny et Marthe Nyssens

Économie politique de l’Asie, nouvelle parution de la Revue de la Régulation

L’analyse hétérodoxe du développement asiatique n’est pas neuve, mais elle reste encore et toujours à approfondir. Ce travail est nécessaire en raison, d’une part de la taille de la région économique couverte, immense et très diverse, d’autre part de la méconnaissance dont elle pâtit en France, en particulier pour l’Asie du Sud-Est (mais aussi peut-être l’Asie du Sud), et enfin de la rapidité des changements qui s’y opèrent. .... Ce numéro est consultable librement à l'adresse suivante : http://regulation.revues.org/

Nonprofit Law, Policy and Practice: Evolution and Evaluation, ISTR, 24 26th oct 2013, Seoul, Deadline for submission March 31th

The 8th ISTR Asia Pacific Regional Conference. The third sector in the Asia Pacific region is very large and dynamic − it is claimed that China and India have 1+ million third sector organizations. The major growth in the third sector in Asia had been in the 1970s and 1980s – during the prodemocracy movements. The third sector activities and organizations, in the recent past, have also been influenced by many tax laws e.g. in Australia, Japan, Korea. Sadly democratization and recent extremist activities have prompted new legislations constricting the third sector in many countries. Laws affecting the third sector in the Asia Pacific region having been in existence for about 150 years have grown rapidly in the last two decades. Is this development for better or for worse? Call for paper until 31th March

"Économie politique de l'Asie", appel à contributions pour la Revue de la régulation, jusqu'au 25 mai 2012

« Économie politique de l'Asie ». Ce dossier offre une chambre d’écho, dans une revue d’économie généraliste, aux recherches, anciennes et récentes, en économie politique sur l’Asie. Les points 1 et 2 au moins intéressent potentiellement l'économie sociale. 

Numéro spécial de Social enterprise journal sur l'Asie du Sud Est

Coordonné par Jacques Defourny (qui en a présenté les grandes lignes lors du séminaire Addes du 31 mai 2011) et Yu-Yuan Kuan, le  Vol 7 N° 1 de 2011 du Social Enterprise Journal se pose la question de savoir s'il existe un modèle d'entreprise sociale propre à l'Asie du Sud Est. Les contributions répondent à trois objectifs :  décrire le contexte et les principaux facteurs qui expliquent l'émergence et le développement de l'entreprise sociale au sein de chaque contexte national; fournir une vue d'ensemble des diverses catégories d'organisations pouvant être considérées comme des entreprises sociales même si elles ne s'appellent pas ainsi le nom de cette façon ; identifier les défis majeurs qui se posent à ces organisations ainsi que leurs perspectives de développement.