CAE

Les coopératives d’activités et d’emploi : accompagner autrement pour entreprendre autrement

L’objet de cet article est de présenter les coopératives d’activités et d’emploi (CAE) comme une réponse apportée par l’économie sociale et solidaire (ESS) à la problématique de l’accompagnement entrepreneurial. Ces structures constituent un mode d’accompagnement original permettant de sécuriser un processus entrepreneurial collectif dans un cadre salarial. Un travail empirique, réalisé auprès de plusieurs d’entre elles, présente leur public, ce qu’il recherche, ce qu’il en retire, ainsi que le rôle éducatif joué par les CAE pour le sensibiliser à l’ESS.

Numéro de revue: 
339
Année de publication: 
2016
Auteur(s): 
Emile-Michel Hernandez, Laëtitia Lethielleux

Coopérative et rapport au travail : le cas d’une CAE

La coopérative d’activités et d’emploi (CAE) permet d’accompagner les porteurs de projets entrepreneuriaux. A ce titre, les particularités de la CAE devraient avoir une influence sur eux – sur leurs compétences et leur identité professionnelle en particulier –, sous le statut original d’entrepreneurs-salariés, et plus généralement modifier leur rapport au travail. Cet article mobilise, dans un premier temps, la littérature sur la CAE, les profils génériques d’entrepreneurs, leurs compétences et leur identité professionnelle. Dans un second temps est présentée une enquête exploratoire dans une de ces coopératives, qui infirme certains aspects de la revue de littérature.

Numéro de revue: 
338
Année de publication: 
2015
Auteur(s): 
Marc-André Vilette

Les coopératives symbolisent l'espoir de vivre le travail autrement

Une entreprise avec un petit supplément d’âme. Voilà comment, en écoutant Arnault Leroy, on pourrait définir une coopérative. Cofondateur d’AlterBative, une société coopérative et participative (Scop) spécialisée dans l’écoconstruction en Poitou-Charentes, ce trentenaire se réjouit de cette structure où « tout le monde a son mot à dire lorsque des décisions sont à prendre », et dans laquelle « on est plus qu’un simple salarié. »

Coopérer pour entrepreprendre : université d'été - Niort - 30 juin-1er juillet 2015

Ces Universités ont vocation à développer, dans un contexte inédit, un regard pertinent sur l’avenir et à engager de nouvelles pistes d’actions innovantes au service des entrepreneurs et des territoires.

Naissance de Bigre !, la première mutuelle de travail associé

C’est une première : quatre SCOP et une SCIC ont décidé de s’unir et construire une entité commune de 7000 personnes, présente partout en France au travers de 25 établissements.

A la Réunion, les entrepreneurs salariés gagnent du terrain

L'économie sociale et solidaire (ESS), dont la loi de juillet dernier fixe la structuration, est en expansion. Le gouvernement, comme l'a rappelé hier le sous-préfet à la cohésion sociale Rémy Darroux, "a marqué sa volonté forte de développer cet autre modèle entrepreneurial".

Une Scop; c'est quoi ? la réponse en image

Petit film d'animation bien conçu de la Confédération générale des Scop, auquel on peut reprocher d'être soit trop dense, soit pas assez complet (notamment sur les CAE), mais c'est vraiment pour chipoter. 

Coop'action: entreprendre autrement dans le bâtiment

Coop’action va bientôt déménager dans de nouveaux locaux, au Parc du Canal de Ramonville. C’est la rançon du succès de cette coopérative d’activité et d’emploi, déjà âgée de 11 ans, spécialisée dans le secteur du bâtiment. «Il s’agit d’une alternative à la création d‘emploi, explique Jean-Luc Bedel, l’actuel gérant. Le principe est simple : un entrepreneur ou un futur créateur vient chez nous. Nous l’accompagnons dans son parcours, nous lui fournissons les clés et la connaissance sur le plan comptable, juridique… Au bout d’une période test de deux ans, il peut devenir sociétaire de la coopérative.» Coop’action, la première en France dans son secteur d’activité, rayonne sur tout Midi-Pyrénées et compte une cinquantaine d’entrepreneurs.

La coopérative d’activités et d’emploi à la recherche d’un modèle productif

A partir de l’exemple de Coopaname, coopérative francilienne dont deux des coauteurs sont associés, nous montrerons que le développement des coopératives d’activités et d’emploi (CAE), bien qu’il se situe dans le champ de la production, procède avant tout d’une dynamique de nature politique. Ce faisant, les CAE se heurtent au caractère difficilement soutenable de ce modèle économique (accès aux marchés, profitabilité, niveau des revenus versés), ce qui entre en contradiction avec leur capacité à produire un compromis interne. C’est dans cet esprit que nous nous référerons à la notion de modèle productif, non pas pour montrer que la CAE est un modèle, mais pour favoriser la réflexion sur sa dynamique productive. Les CAE sont en effet construites sur le refus de la subordination et une quasi-absence de division technique du travail. L’originalité du modèle politique qu’elles produisent apporte des éléments de réponse individuelle et collective aux transformations du travail, mais interroge sur la stabilisation d’une dynamique productive.

Numéro de revue: 
329
Année de publication: 
2013
Fichier attachéTaille
recma329_037051.pdf750.17 Ko
Auteur(s): 
Catherine Bodet, Noémie De Grenier et Thomas Lamarche

"Réinventer le travail: la voie coopérative", Nanterre, 2 juillet

Avec un chômage qui ne cesse de croître, la question du travail a cédé le pas à celle de l’emploi. L’organisation coopérative, méconnue et souvent mal servie, constitue une voie extraordinairement fertile et moderne. Son modèle de rapport au pouvoir, au temps, à la propriété, sa manière de construire du lien social et des solidarités permettent d’inventer des organisations de production et des façons de faire de l’économie qui posent les conditions d’une sortie du travail des logiques marchandes. La soirée proposée et animée par Coopaname, commencera par la projection du film "Les Fagor et les Brandt" et se poursuivra par un débat et un échange avec la salle. 

Pages