Tunisie

Diversité et potentialités de l’ESS au Maghreb dans un contexte de transition

Depuis les Printemps arabes, la Recma s’est fait l’écho du dynamisme de l’économie sociale et solidaire au Maroc, en Algérie et en Tunisie au travers de plusieurs articles (M. Jaad et E. Erraoui, « Tissu associatif et cohésion sociale au Maroc : le cas de la province de Taroudant », Recma n° 333, 2014 ; M.-A. Zoreli, « La régulation solidaire en Kabylie : l’exemple du village de Tifilkout », Recma n° 339, 2015 ; A.

Le rôle des réseaux d’acteurs dans la structuration du champ de l’ESS en Tunisie entre 2011 et 2016

Cette recherche se veut une contribution à l’étude de la structuration de l’ESS dans un contexte de transition institutionnelle et politique en Tunisie. Elle s’appuie sur une méthode qualitative combinant deux niveaux d’analyse. Tout d’abord, la construction de ce champ est étudiée sous l’angle de ses indicateurs et de son processus de structuration. Ensuite, les auteures s’intéressent au rôle structurant des réseaux d’acteurs de l’ESS. Elles mettent en exergue le rôle de l’entrepreneur institutionnel dans la construction de nouvelles normes (projet de loi et conception des leviers du développement économique). L’article montre également que l’ensemble des liens entre les organisations de l’ESS, les ONG et l’Etat, peut être conceptualisé comme un capital social qui jouerait un rôle déterminant dans la structuration du champ de l’ESS.

Numéro de revue: 
354
Année de publication: 
2019
Auteur(s): 
Rabeb Ben Abdallah, Amina Béji-Bécheur, Olfa Zeribi

Stratégies de solidarité paysanne et valorisation récente du zgougou dans le Haut Tell tunisien

L’exploitation du zgougou (graines de pin d’Alep) fait l’objet d’une concurrence entre les paysans des territoires montagneux du Haut Tell tunisien. Les groupes de cueilleurs ont adopté plusieurs stratégies de compromis avec la population pour permettre à cette dernière d’y participer. La solidarité entre les exploitants leur permet de dépasser les contraintes juridiques et les difficultés de vie dans les campements provisoires, et d’assurer la bonne organisation du travail. Ils ont ainsi pu s’affranchir en partie de la dépendance à l’égard des commerçants qui leur accordaient des avances au titre de la récolte. Cependant, malgré leurs savoir-faire et leur solidarité, qui apparentent la filière à une forme d’économie sociale en émergence, ils se trouvent confrontés aux conséquences de la diminution des surfaces exploitables sur les relations d’exploitation et de commercialisation.

Numéro de revue: 
354
Année de publication: 
2019
Auteur(s): 
Hamza Ayari

L’entrepreneuriat social à Sidi Bouzid, un modèle de développement alternatif ? Le cas de Lingare Sidi Bouzid

En Tunisie, l’Économie Sociale et Solidaire (ESS) s’est imposée comme une variable incontournable du redressement économique post-révolutionnaire. A Sidi Bouzid, Lingare est une association qui promeut l’Entrepreneuriat Social, un secteur qui revêt une importance particulière pour les gouvernorats de l’intérieur de la Tunisie, dans un contexte socio-économique difficile. Ce travail met en perspective la multiplicité des paradoxes auxquels les acteurs font face. Il s’agit ici de déconstruire le sens qu’a la notion d’alternative de développement dans le contexte de Sidi Bouzid, pour mieux rendre compte de sa singularité : en rupture avec les modes de développement de l’ancien pouvoir, les acteurs revendiquent la diversité économique y compris par l’appropriation et l’arrangement d’outils orthodoxes.

Numéro de revue: 
354
Année de publication: 
2019
Auteur(s): 
Julien Dutour, Hassan Hajbi

L’économie sociale et solidaire en Tunisie, un potentiel troisième secteur ?

Érigée par le gouvernement au rang de préoccupation prioritaire dans le plan de développement 2016-2020, l’économie sociale et solidaire (ESS) se trouve à l’aube d’une période de grande expérimentation en Tunisie. Le secteur dispose de véritables atouts : un ancrage sur l’ensemble du territoire, une offre importante de travail bénévole, une connaissance intime du terrain et un potentiel de création d’emploi, de richesses et d’utilité sociale. Ces atouts sont toutefois contrebalancés par des faiblesses importantes : une forte spécialisation sectorielle, un poids économique marginal, des acteurs de petite taille, des ressources humaines non qualifiées, des problèmes de gouvernance et un accès limité au financement. Cet article tente de déterminer à quelles conditions l’ESS pourrait constituer un troisième secteur à part entière, à mi-chemin entre l’État et le marché.

Numéro de revue: 
349
Année de publication: 
2018
Auteur(s): 
Fathi Elachhab

Conférence nationale du 19 mai sur l'économie sociale et solidaire en Tunisie

L'économie sociale et solidaire représente l'une des options stratégiques pour le développement des systèmes économiques et sociaux dans les différents pays. Ce modèle a permis d'atténuer les répercussions négatives de la crise mondiale sur les pays développés et il a également contribué au développement de nombreux pays émergents.

L’ESS au Maghreb : réalités et avenir, un étude de l'IPEMED

Face aux transitions et aux mutations que connaît la région méditerranéenne, à la crise économique et à l’augmentation des déficits publics, le rôle de l’État et celui de l’économie de marché se posent aux pays du Nord comme aux pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée (Psem). Pour relever le défi, les initiatives issues du secteur de l’économie sociale et solidaire (ESS) apportent des solutions en plaçant les enjeux humains et environnementaux au centre du développement économique et en étant vecteur de cohésion sociale. Une étude de l'IPEMED.

Quelques chiffres sur l'ESS tunisienne

Selon le Réseau tunisien de l'économie sociale, la Tunisie compte aujourd'hui 42 mutuelles de santé (300.000 adhérents et 3,2 millions de bénéficiaires), environ 16.500 associations, 213 sociétés mutuelles de base de service agricole, 13 sociétés mutuelles centrales de service agricole et 2.838 groupements de développement dans le secteur agricole et de la pêche, ainsi que 3 fondations. Les acteurs de l'ESS tunisienne seront en visite en Belgique fin mars.