politiques publiques

Le rôle de l’Etat dans l’économie sociale en Algérie, par C. Mustapha et B. Abdellah

L’originalité de l’expérience de l’économie sociale en Algérie tient à la participation directe de l’Etat comme levier nécessaire d’animation et d’encadrement dans la reconstruction d’un lien social qui se délite, notamment sous les effets de la mondialisation. L’Etat-providence est en passe de devenir simplement régulateur tant sur le plan économique (restructuration) que sur le plan social (gestion des eff ets du programme d’ajustement structurel). Deux formes de solidarité ont caractérisé jusqu’alors l’économie sociale en Algérie. La première, ancestrale et religieuse, survit jusqu’à nos jours, mais elle a été restructurée par la voie associative. La seconde est la forme institutionnalisée à partir de l’Indépendance. Jusqu’en 1990, elle a été pilotée par l’Etat, dans le contexte de la construction d’une société à orientation socialiste.

FNAB : "colloque sur les politiques régionales en faveur de la bio", Paris, 6 juillet

La FNAB (Fédération natioanle d'agriculture biologique) organise à Paris, le 6 juillet après midi, un colloque ayant pour thème : "Les politiques régionales en faveur de la bio: dynamiques de gouvernance pour les territoires". Ce colloque réunira de 13h30 à 18h, à la Maison des Associations de Solidarité, métro Olympiades, pour la première fois les principaux acteurs du développement de l’agriculture biologique en région.

Un nouveau Contrat Economique Sectoriel "Economie Sociale et Solidaire 2011-2013" en Rhône-Alpes

A l’occasion de la 8ème édition du Salon des Entrepreneurs Lyon Rhône-Alpes, Alain MARC, Préfet délégué pour l’égalité des chances, Jean-Jack QUEYRANNE, Président de la Région Rhône-Alpes, et Laure CHAREYRE, Présidente de la Chambre Régionale de l’Economie Sociale et Solidaire (CRESS) Rhône-Alpes, ont signé le Contrat Economique Sectoriel « Economie Sociale et Solidaire 2011-2013 », en présence de Cyril KRETZSCHMAR, Conseiller régional Rhône-Alpes délégué à la nouvelle économie, aux nouveaux emplois, à l’artisanat et à l’économie sociale et solidaire. Le plan d’actions que recense ce nouveau Contrat Sectoriel s’appuie sur un financement total de 33,8 M€. Il propose 3 axes prioritaires : la promotion et la reconnaissance du secteur ; la mise en place de projets au plus près des territoires et en adéquation avec les besoins des populations, afin de participer au développement économique local ; enfin, le Contrat Sectoriel entend favoriser l’innovation sociale, la formation et la qualification des salariés.

Comment voyez-vous la vie associative à l’horizon 2020 ? enquête de la Fonda

La Fonda soumet un questionnaire sur les principaux débats qui traversent le monde associatif aujourd’hui. Il  s’adresse à l’ensemble des acteurs du monde associatif (bénévoles, adhérents, dirigeants, salariés, etc) et ses parties prenantes (partenaires publics -Etat, collectivités, élus, services- et privés - fondations, mutuelles, coopératives, entreprises, etc). L’objectif est de recueillir des expériences diversifiées pour dresser une typologie des opinions sur l’avenir des associations. Les résultats seront diffusés à la rentrée 2011. 

Forum International de l’économie sociale et solidaire (FIESS), Montréal, 17-20 oct 2011

‘’Le nécessaire dialogue Etat – société civile pour l’élaboration des politiques publiques en faveur de l’économie sociale et solidaire’’ sera le thème principal du FIESS, dont le but est de faire découvrir comment, à travers le monde, des citoyens se mobilisent pour construire une économie plus inclusive et solidaire.

L’économie sociale au Portugal

Au Portugal, l’économie sociale jouit depuis la révolution de 1974 d’une reconnaissance constitutionnelle (1). Lors de la présidence portugaise de l’Union en 1992, Lisbonne organisait la IIIe Conférence européenne de l’économie sociale. Les contacts entre les familles n’ont jamais cessé depuis, mais ont pris un tour nouveau en août 2010, avec la création du Conseil national de l’économie sociale. Rapide panorama de l’économie sociale dans ce pays où, comme ailleurs en Europe, une profonde crise budgétaire et politique est susceptible de faire évoluer les relations entre le tiers secteur (2) et les pouvoirs publics .