Argentine

Conférence débat : Les entreprises récupérées de l’Argentine à la France, 9 mars, Paris

Sergio Stocchero, journaliste argentin d’El Diaro del centro del païs, vient témoigner de 10 années d’expérience de récupération d’un journal argentin par ses travailleurs ! Quelle est la clé du succès des travailleurs d’El Diario del centro del país ? Comment se portent les entreprises récupérées argentines dix ans après la crise de 2001 ? Que peuvent-elles nous apprendre dans le contexte de crise actuel ? Venez en débattre, en la présence espérée de travailleurs français en lutte !  

Réflexions coopératives à la lumière de certaines expériences économiques de l'autogestion ouvrière en temps de crise

Dans le premier article de cette troisième édition des documents de l'économie solidaire  Jordi Jané Garcia examine les différentes conceptions de l'autogestion, de la coopération et de de l'économie sociale. Andrés Ruggeri fait le point sur l'état actuel de plus de 200 entreprises récupérées par les travailleurs en Argentine.

La Economía Social y Solidaria en la historia de América Latina y el Caribe, Buenos Aires (Argentina), 24-26 sept

Congreso Internacional: La Economía Social y Solidaria en la historia de América Latina y el Caribe.Cooperativismo, desarrollo comunitario y Estado, Buenos Aires, Argentina 24 al 26 de Septiembre de 2012. Organizado por la Asociación de Historiadores Latinoamericanos y del Caribe (ADHILAC) y el Centro Cultural de la Cooperación Floreal Gorini (CCC), en el marco de la conmemoración del Año Internacional de las Cooperativas, decretado por Naciones Unidas, el CCC en conjunto con ADHILAC organizan estas Jornadas. Más de un centenar de ponencias de catedráticos, historiadores y dirigentes de toda Nuestra América mostrarán el grado de desarrollo y las experiencias de cooperativas e instituciones de la economía social de la región. 

La productivité en question. Le processus de récupération des entreprises dans la ville de Buenos Aires

Cet article rend compte d’un ensemble d’expériences autogestionnaires menées en Argentine depuis une quinzaine d’années : il s’agit de la récupération par les salariés d’entreprises en faillite, puis de leur conversion en coopératives de travail. L’auteure s’intéresse moins à l’étude de la forme coopérative qu’à l’ensemble du processus de revendication, dont la création de la coopérative n’est qu’un élément, en vue de provoquer l’intervention de l’Etat. Au cours de plusieurs études ethnographiques menées sur les différents sites en lutte, elle a observé la stratégie des ouvriers des usines récupérées pour maintenir leur «source de travail» par l’obtention d’un cadre légal. Convoquant les apports de l’anthropologie, elle propose une analyse originale et contrastée de ce mouvement, dans lequel la dignité du travail occupe une place centrale.

 

Numéro de revue: 
318
Année de publication: 
2010
Fichier attachéTaille
PDF icon Recma318_058070.pdf408.7 Ko
Auteur(s): 
María Inés Fernández Alvarez