Maroc

Journée d’étude « La résilience des organisations de l’ESS : quels enseignements de la pandémie Covid-19 ? »

11 février, de 16h à 19h (en ligne, zoom) : Journée d’étude « La résilience des organisations de l’ESS : quels enseignements de la pandémie Covid-19 ? »,  organisée par le laboratoire LIREFIMO, Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Fès, Maroc.

Partenaires : Centre marocain des études et des recherches sur l’entreprise sociale (CMERES), Réseau marocain de l’ESS (REMESS), Recma.

Les coopératives à Essaouira : quelle contribution territoriale ?

Les produits du terroir se construisent sur la base des ressources ancrées dans un territoire. La valorisation et la marchandisation de ces ressources dites « spécifiques ou territoriales » contribuent à dynamiser en interne l’économie locale, ce qui favorise la création de la valeur ajoutée territoriale. À travers une recherche qualitative et à caractère netnographique, les auteurs cherchent à rendre compte de la contribution de l’intentionnalité opératoire des coopératives à la valorisation du patrimoine d’Essaouira au Maroc, tout en étudiant l’impact de leurs activités sur l’économie locale. Les premiers résultats de cette recherche montrent l’importance de la mobilisation conjointe de l’ensemble des parties prenantes du territoire pour rendre possible tout projet territorial.

 

Numéro de revue: 
363
Année de publication: 
2022
Auteur(s): 
Tariq Laajini, Hicham Jekki

Les relations dialectiques entre l’entrepreneuriat social et l’ESS au Maroc

Le développement de l’entrepreneuriat social, dans son acception dominante d’origine anglo-saxonne (social entrepreneurship), divise parmi ceux qui  défendent une pluralité des formes d’entreprendre : peut-il (re)dynamiser le secteur de l’ESS, ou bien s’agit-il d’une énième réinvention du capitalisme ? De telles positions gagnent à être étayées par des analyses contextualisées, ce que l’auteur réalise dans cet article à partir d’une enquête conduite au Maroc dans les années 2010, montrant que l’entrepreneuriat social y a d’emblée été bien plus proche du modèle porté par la start-up que de celui de l’entreprise sociale. Les « entrepreneurs sociaux » marocains témoignent ainsi d’une vision peu critique du capitalisme, bien que la recherche d’utilité sociale soit au cœur de leur engagement. Si, paradoxalement, cela participe à la marginalisation des structures de l’ESS, cet attrait pour le « social » pourrait être favorable à l’émergence de pratiques plus solidaires.

 

Numéro de revue: 
360
Année de publication: 
2021
Auteur(s): 
Quentin Chapus

Les inégalités de pouvoir au sein des coopératives de femmes au Maroc

Cette étude s’appuie sur une enquête qualitative réalisée auprès d’une quarantaine de femmes membres d’une dizaine de coopératives au Maroc. À partir d’une perspective sociologique, l’auteur analyse la régression de l’esprit solidaire au sein des coopératives féminines et montre comment les tensions entre esprit coopératif et utilitarisme peuvent influer sur le partage du pouvoir. Confrontées à la pression du marché, les coopératives sont amenées à choisir des dirigeantes disposant d’un capital culturel, relationnel et économique qui facilite le développement de leurs compétences. Puis l’investissement de ces dirigeantes et les efforts qu’elles déploient pour gérer la coopérative tendent à légitimer le renforcement de leur pouvoir au sein de la structure et à servir leur intérêt personnel plutôt que l’intérêt collectif.

 

Numéro de revue: 
358
Année de publication: 
2020
Auteur(s): 
Saâdeddine Igamane

Les Dialogues de la Recma consacrés à la microfinance au Maroc

Le 23 janvier, c’est autour d’Asmae Diani, professeure à l’université Sidi Mohamed Ben Abdellas de Fès et auteure de l’article « Logique d’acteurs et régulation dans le champ de la microfinance au Maroc : vers une commercialisation croissante » paru dans le dossier L’ESS au Maghreb du numéro 354 de la revue, que se sont déroulés les Dialogues de la Recma. L’événement était organisé à Paris, à la Confédération nationale du Crédit mutuel, et a permis de mieux découvrir plusieurs aspects de la microfinance marocaine.