services à la personne

Tournant gestionnaire dans les structures associatives d’accueil de jeunes enfants : vers une remise en cause de la qualité des services

La réforme du financement des établissements d'accueil de jeunes enfants par les CAF traduit le « tournant gestionnaire » qu'a dû prendre le secteur dans la période récente. Cette réforme crée des tensions multiples qui remettent fondamentalement en cause le modèle de qualité que défendent les structures associatives, a fortiori parentales. Dans cette recherche, nous avons procédé à une analyse détaillée des tensions que cette réforme implique sur différentes dimensions jouant un rôle déterminant dans la qualité des services fournis.

Numéro de revue: 
339
Année de publication: 
2016
Auteur(s): 
Audrey Biegel, Vincent Lhuillier

Le Prix "Jacques Tymen" attribué à Florence GALLOIS par l'Association d'Economie Sociale (AES)

Le Conseil Scientifique de l'Association d'Economie Sociale (association regroupant l'ensemble des chercheurs de langue française du domaine) a attribué le Prix "Jacques Tymen" à Florence GALLOIS, Doctorante au Laboratoire REGARDS pour sa Thèse intitulée : "Une approche régulationniste des mutations de la configuration institutionnelle française des services à la personne". Cette Thèse a été réalisée dans le cadre d'un financement CIFRE de l'URIOPSS Champagne-Ardenne (Union Régionale Interfédérale des Organismes Privés non lucratifs Sanitaires et Sociaux) et soutenue le 8 novembre 2012. Vous pouvez retrouver un résumé de cette Thèse sur http://regulation.revues.org/9996.

CoopChezVous : 1ere coopérative de services à la personne

CoopChezVous est la première coopérative d'activités et d'emploi à se lancer sur le créneau déjà bien occupé des services à la personne. Aux manettes, Anne Chauchet et Odile Le Meil ont associé, pour la circonstance, leurs compétences en accompagnement d'entreprises et en gestion administrative et financière. La nouvelle structure est adossée à l'Ouvre-boîtes 44 et à Bâti-créateurs, positionnés sur le terrain des coopératives d'activité et d'emploi (CAE). Elle accompagne dix-neuf entrepreneurs salariés. Un article de Jocelyne Rat pour Ouest France.

Financement de (s grosses structures de) l’ESS: lancement de l’appel à projets "PIA"

La Caisse des dépôts lance, pour le compte de l’Etat, un appel à projets dans le cadre de l’action « Financement de l’économie sociale et solidaire (ESS) » valable pour une durée de quatre mois à compter du 10 janvier 2013. Le "programme d’investissement d’avenir" est destiné à financer des projets dans quatre secteurs porteurs d’innovation et d’emplois : la santé et les services à la personne ; le numérique ; la mobilité durable ; l’éco-construction et l’habitat coopératif. Les  porteurs devront mobiliser des apports financiers au moins équivalents à la contribution PIA, soit 500000 euros minimum.

Financement de l’aide à domicile : état d’urgence

Le 22 décembre 2009 à l’occasion d’une table ronde organisée par la Direction générale de l’action sociale (DGAS), 16 organisations représentant les professionnels et les usagers du secteur (1) dont demandé la création d’un fonds d’urgence. Le système de financement du secteur à bout de souffle, tant du point de vue du financement des prestations que de celui de la tarification des structures.

L’économie sociale et solidaire face aux mutations des services à la personne

Cet article analyse la place de l’économie sociale et solidaire (ESS) dans les services à la personne en France. Historiquement centrale et construite autour d’un objectif partagé avec les pouvoirs publics de recherche commune d’utilité sociale, cette place est aujourd’hui mise en cause par une régulation de plus en plus marchande et concurrentielle. Pour autant, l’utilité sociale n’est pas absente du développement actuel de ces services, dont le modèle n’est pas stabilisé, mais elle évolue autour de différentes dimensions, ouvrant ainsi la voie à de nouvelles réflexions quant au positionnement de l’ESS.

Numéro de revue: 
314
Année de publication: 
2009
Fichier attachéTaille
314_032046.pdf56.43 Ko
Auteur(s): 
Patrick Haddad

L’économie sociale entre informel et formel Paradoxes et innovations

Annie Dussuet et Jean-Marc Lauzanas (dir.). Presse universitaires de Rennes, 2007.

Le soutien de la Délégation interministérielle à l’économie sociale (DIES, devenue DIIESES) ne se limite pas à un aspect financier ou à une reconnaissance institutionnelle. Le programme de recherche que la délégation a lancé en 2004 a en effet permis la publication de nombreux travaux universitaires. Cet ouvrage collectif en témoigne.
Les contributions réunies dans ce livre portent sur sept domaines appliqués à un territoire, l’ouest de la France : le soutien et l’accompagnement à la création d’entreprise, la mise en place de réseaux territoriaux de l’économie sociale, les services aux familles, le tourisme associatif, la finance solidaire, l’environnement et le sport. 

Les entreprises sociales en quête de professionnalisation, l’exercice difficile des associations d’aide à domicile aux personnes âgées

Le secteur de l’aide à domicile aux personnes âgées fait ressortir plusieurs modèles d’emploi, entre modèle « professionnel » et modèle « flexible ». Les auteurs s’appuient sur une enquête menée en 2002 auprès de vingtquatre structures d’offre de service à domicile aux personnes âgées dans les départements du Maine-et-Loire et de la Loire-Atlantique. Elles montrent une étroite dépendance entre les modèles d’emploi et le type de service proposé par les organisations. Il apparaît ainsi que le type de service « aide à domicile », inventé par l’économie sociale et solidaire, tente un compromis entre la logique professionnelle des services dits hospitaliers et la logique de la domesticité des services domestiques. Par là même, en structurant une relation de service dans le monde domestique, l’économie sociale et solidaire s’engage vers une professionnalisation de ces métiers. Après l’étude des processus entrepreneuriaux à l’oeuvre dans le domaine des services à domicile aux personnes âgées (cf. « Recma », n° 293), ce nouvel article s’intéresse aux salariés prestataires du service.

Numéro de revue: 
294
Année de publication: 
2004
Fichier attachéTaille
294_039053.pdf195.31 Ko
Auteur(s): 
Clergeau C., Dussuet A.

L’entrepreneuriat social, une autre façon d’entreprendre ? Une étude exploratoire sur l’émergence organisationnelle dans l’univers des services à domicile aux personnes âgées

Cet article aborde la question de l’entrepreneuriat social, et plus particulièrement l’émergence organisationnelle à travers une étude exploratoire réalisée dans le secteur des services à domicile aux personnes âgées. De la naissance du projet d’entreprendre à la formation du projet productif, elle interroge la pertinence de cette affirmation d’un « entreprendre autrement », en cherchant à comprendre à la fois les conditions d’émergence de ces formes d’organisation et les processus de structuration de ces projets productifs, entités organisées à finalités plurielles. Les auteurs montrent la richesse, mais aussi la diversité des processus entrepreneuriaux à l’origine de l’organisation associative et posent en d’autres termes un « entreprendre autrement » des acteurs associatifs.

Numéro de revue: 
293
Année de publication: 
2004
Fichier attachéTaille
293_068092.pdf195.31 Ko
Auteur(s): 
Schieb-Bienfait N., Urbain C.

L’entreprise sociale en France, entre économie sociale et action sociale

Une entreprise sociale type se dessine à travers cette étude : elle prend le statut d’une association de la loi de 1901 le plus souvent insérée dans un réseau ou une fédération. Cette innovation s’inscrit dans le secteur des services à des personnes, souvent en difficulté d’insertion, et n’est pas financièrement autonome. Elle contribue à définir un nouveau métier dans le champ de l’intervention sociale ou culturelle. Elle répond à un besoin d’intérêt général et a généralement pour cadre géographique l’espace local. Dans l’ensemble des entreprises d’économie sociale, l’entreprise sociale présente quelques spécificités qui questionnent certains principes « historiques » : elle est rarement autonome sur le plan financier et ne se situe pas aussi franchement sur des marchés privés. En revanche, elle réexamine des questions classiques parfois délaissées par de nombreuses entreprises d’économie sociale, comme la conception de métiers nouveaux, l’engagement bénévole ou l’organisation du travail.

Numéro de revue: 
288
Année de publication: 
2003
Fichier attachéTaille
288_048066.pdf195.31 Ko
Auteur(s): 
Draperi J.-F.

Pages