Cgscop

La CGScop propose de développer l'actionnariat salarié : les réponses des candidats

Après avoir doublé fin 2010 l'intitulé légal des Sociétés coopératives ouvrières de production (Scop) par la marque "sociétés coopératives et participatives" , la Confédération générale des Scop entre le 12 mars 2012 dans la campagne présidentielle en proposant  6 mesures aux candidats, dont la création d'un statut de coopérative de salariés actionnaires.  Lire les réponses des candidats

Atelier de travail sur la création et le développement de SCE dans le domaine des services, 28 juin 2011, Paris

La Diesis, structure européenne et internationale de recherche et de développement au service de la coopération et de l’économie sociale, organise le 28 juin dans les locaux de la Confédération générale des Scop (37 rue Jean Leclaire 75017 PARIS) une journée de formation et d'information sur "la mise en place de structures d’information, de consultation et de participation dans une société coopérative européenne du secteur des Services"

Lancement des Parcours dirigeants et gérants de Scop. Séance information 27 avril, Paris

La Confédération générale des Scop a refondu son offre de formation à l’intention des dirigeants de structures. La prochaine promotion débutera en octobre 2011. Deux possibilités seront offertes, entre 23 jours et 30 jours répartis sur un an : un Parcours cadres dirigeants PME Scop, organisé en partenariat avec l’université Paris-Dauphine ; et un Parcours gérants de TPE coopératives, organisé avec l’École d’entrepreneuriat en économie sociale (EEES).

Coopératives et circuits courts, le lundi 29 novembre 2010 à Paris

La Fédération Nationale des CUMA et la Confédération Générale des SCOP organisaient le 29 novembre dernier à Paris une journée de réflexion sur « Coopératives et circuits courts ». Comment comprendre l’effervescence des initiatives tant en matière alimentaire (Amap, vente à la ferme, paniers solidaires…) qu’en matière énergétique (production et diffusion de plaquettes de bois et autres énergies renouvelables…).

« Scop » pour « Sociétés coopératives et participatives » ?

Suite au dernier congrès de la CGScop tenu à Poitiers au printemps 2008, le conseil national du mouvement s’est prononcé pour un changement de la marque « Scop entreprise ». Confié à l’agence de communication à qui l’on doit « l’Artisanat, la 1ere entreprise de France », le projet a été soumis courant octobre aux adhérents. « Scop entreprises » deviendrait « les Scop : sociétés coopératives et participatives ».

Taxis paris solidaires, une histoire coopérative du taxi parisien et du groupement Gescop

Laurent Lasne. Editions Le Tiers Livre, 2007, 312 pages.

Le taxi est, par excellence, un révélateur de l’évolution sociale, économique et technique de la société et des luttes sociales qui la traversent. Dans Taxis paris solidaires, Laurent Lasne nous propose de découvrir une histoire coopérative du taxi parisien en retraçant l’histoire de ce métier et surtout des hommes qui ont mené la course sur la chaussée souvent glissante (et pas seulement du fait du pavage en bois de l’avenue des Champs-Elysées dans les années 1880). C’est aussi l’histoire du rapport entre capital et travail, ainsi que celle de la participation. De l’ère de la traction hippomobile à celle du guidage par GPS, certains ont choisi de prendre « la route alternative de la coopération », comme le souligne Jean-François Morève, alors directeur de Gescop – la plus importante société coopérative française (Scop) en nombre d’associés –, dans son avant-propos. 

Identité de l’économie sociale et de l’économie solidaire

Les auteurs apportent ici une contribution importante à la définition de l’économie sociale. Leur approche a ceci de particulier qu’elle ne sert pas uniquement un objectif théorique, mais vise aussi et surtout une mesure de l’économie sociale (en région Languedoc-Roussillon, dont nous publierons les résultats dans notre livraison de juillet). Le concept d’économie sociale est approché à partir de la notion d’« utilité sociétale », dont les critères sont la libre adhésion, l’égalité des membres, la production de valeur économique, la non-lucrativité, l’indépendance et la solidarité. Chaque critère fait l’objet d’une analyse théorique et empirique qui permet à la fois de réaliser un large examen de la littérature scientifique sur l’économie sociale et l’économie solidaire, et de poser les principaux problèmes actuels des familles de l’économie sociale. Distinguant une forme de solidarité horizontale (ou de régulation interne) et une forme verticale (s’ouvrant à des bénéficiaires qui ne sont pas des « adhérents explicites »), les auteurs concluent en replaçant les débats actuels dans une perspective historique qui éclaire les conditions d’émergence et de développement de l’économie sociale au cours du XX e siècle.

Numéro de revue: 
280
Année de publication: 
2001
Fichier attachéTaille
PDF icon 280_012035.pdf195.31 Ko
Auteur(s): 
Garrabé M., Bastide L., Fas C.