coopération agricole

La Coopération agricole garante de la souveraineté alimentaire

La Coopération agricole considère que la souveraineté alimentaire, soit la capacité du pays à assurer la couverture de ses besoins alimentaires et agricoles,  doit être un objectif prioritaire dans le projet du nouveau quinquennat. Or, dans un rapport publié en juillet 2021, la fédération alertait déjà sur l’insuffisance de la France dans ce domaine, et sur la capacité des coopératives à accompagner les politiques publiques pour « restaurer notre capacité productive ».

La Coopération Agricole s’engage à améliorer sa gouvernance

La Coopération Agricole a mandaté en février dernier auprès de 1 152 agriculteurs membres de coopératives pour mesurer le taux de satisfaction des coopérateurs-associés. Il en résulte que 72 % des personnes interrogées se déclarent « personnellement attachées au système coopératif » et 79 % « recommanderaient à un jeune agriculteur de rejoindre une coopérative ». Les plus satisfaits des orientations de leur coopérative sont ceux qui ont pris le temps de participer aux assemblées générales ; or ils ne sont que 40 %.

S’instruire sur la coopération agricole

C’est ce que propose ce MOOC (formation en ligne gratuite sur la plateforme FUNMOOC) des coopératives agricoles et agroalimentaires, qui s’organise autour de quatre thématiques : principes et fonctionnement des coopératives, genèse et développement, gouvernance et métiers.
La 7 e édition, lancée le 21 mars, se déroule sur six semaines à raison de 1h à 2h par semaine. Pour s’inscrire : MOOC sur la Coopération Agricole (fun-mooc.fr)

Héterogénéité dans les préférences des membres des coopératives agricoles : le rôle de la gouvernance

L’hétérogénéité des préférences des membres est devenue un sujet essentiel dans la recherche sur les coopératives, axée sur les coûts organisationnels encourus par les coopératives agricoles. Le présent article passe en revue la littérature existante sur le sujet et expose une nouvelle vision de la gouvernance par les membres associés et contrôlée par eux. Selon cette perspective, le rôle principal de la gouvernance est d’établir clairement et efficacement la frontière entre les activités principales et périphériques de la coopérative. Les implications de cette approche pour la recherche et la pratique sont identifiées et discutées. L’article jette également un nouvel  éclairage sur le concept d’hétérogénéité des préférences des membres en identifiant différents types d’hétérogénéité et en les reliant à la mission principale des organes de gouvernance des coopératives.

 

Numéro de revue: 
364
Année de publication: 
2022
Auteur(s): 
Constantine Iliopoulos

Une mission d’information parlementaire sur les coopératives agricoles

Une mission d’information parlementaire sur les coopératives agricoles sera lancée au cours des prochains mois. Les auditions seront finalisées dans un rapport qui sera publié en février 2022. Les deux rapporteurs sont Stéphane Travert, député LREM de la Manche et ancien ministre de l’Agriculture, et Fabien Di Filippo, député LR de la Moselle.

Quelles ressources et compétences pour réussir la stratégie de diversification d’une coopérative agricole ?

Face aux difficultés récurrentes en matière de revenus, les coopératives agricoles françaises ont fait le pari de la diversification. Les facteurs de réussite de leurs stratégies en la matière sont peu étudiés, ce qui freine d’autant leur compréhension. En prenant appui sur la théorie des ressources, les auteurs dégagent quatre grandes stratégies de diversification des coopératives agricoles. Ils montrent que leur réussite dépend de la capacité de la coopérative mère à identifier les ressources et les compétences sur lesquelles elle peut s’appuyer pour bâtir une stratégie créatrice de valeur. Ils soulignent également les difficultés de pilotage que ces stratégies génèrent pour les dirigeants élus. Difficultés qui peuvent se traduire par une perte de contrôle et d’influence.

 

Numéro de revue: 
363
Année de publication: 
2022
Auteur(s): 
Bertrand Valiorgue, Émilie Bourlier-Bargues, Xavier Hollandts

L’entrepreneuriat coopératif, levier du développement territorial dans les régions septentrionales du Cameroun

Cet article s’intéresse à la contribution de l’entrepreneuriat coopératif au développement des territoires dans les régions septentrionales du Cameroun. Il s’appuie sur les données primaires et secondaires collectées auprès de quatre coopératives agricoles et de différents acteurs intervenant dans le développement agricole local. Les résultats révèlent que la dynamique entrepreneuriale coopérative suscite beaucoup d’intérêt chez les agriculteurs et contribue au développement humain, économique et territorial. Pour assurer la pérennité de ce mouvement, il faut que la puissance publique définisse mieux la politique agricole nationale, régionale et même locale. L’État camerounais et les collectivités territoriales décentralisées doivent davantage s’impliquer dans le mouvement entrepreneurial coopératif, afin d’en faire un véritable levier de développement des territoires.

 

Numéro de revue: 
362
Année de publication: 
2021
Auteur(s): 
Armel Gilles Mewouth Thang

La relation entre l’associé-coopérateur et sa coopérative ne relève pas du droit commercial

Par une ordonnance d’avril 2019, faisant suite à la loi EGalim, le gouvernement avait reconnu aux associés-coopérateurs et au ministre de l’Économie la  possibilité d’agir en justice contre les coopératives agricoles  fixant une rémunération des apports à un prix abusivement bas. Or, dans un arrêté du 24 février  2021, le Conseil d’État donne raison à Coop de France, qui reprochait à cette ordonnance d’assimiler la relation entre l’associé coopérateur et sa coopérative à  une relation commerciale.