Base doc

L’impact éducatif du dispositif « Mon ESS à l’école »

Créé en 2015, le dispositif « Mon ESS à l’école » (encore appelé « Mon entreprise sociale et solidaire à l’école ») a permis la création de 340 entreprises d’ESS par des collégiens et lycéens entre 2016 et l’année scolaire 2019-2020. En l’espace de cinq ans, ce sont 10 000 élèves qui se sont engagés dans des projets permettant de toucher du doigt les principes, métiers et entreprises d’ESS, grâce à l’accompagnement de leurs enseignants par l’Esper (L’Économie sociale partenaire de la République).

De nouveaux usages pour les monnaies locales depuis Covid-19 ?

Plusieurs monnaies locales complémentaires citoyennes (MLCC) bretonnes ont décidé de s’unir, tout en conservant leur identité propre, afin de pouvoir être utilisées dans tous les bassins de vie de la région par l’ensemble des acteurs économiques adhérant à l’une ou l’autre d’entre elles.

Confinement, parcours d’achat et monnaie locale

Au Moyen-Âge, il était assez usuel qu’une ville émette de la monnaie. Mais le concept contemporain de monnaie locale complémentaire citoyenne s’est forgé à partir de la crise de 1929.

Modifier la constitution pour reconnaître les communs ?

Alors que, le 10 décembre 2020, une proposition de révision de la Constitution était discutée au Sénat pour y intégrer la notion de bien commun, soulevant des réticences de la part d’un certain nombre de sénateurs craignant qu’une telle reconnaissance limite la liberté d’entreprendre, le séminaire de clôture d’un projet de recherche ayant duré quatre ans, « Entreprendre en communs », qui a mobilisé quatre équipes d’universitaires et de chercheurs coordonnées par Benjamin Coriat, avait permis de réfléchir à cette question, du 18 au 20 novembre.

24 études pour connaître l’impact du Covid-19 sur les structures de l’ESS

Dès les premières mesures de confinement, en mars 2020, les réseaux de l’ESS se sont mobilisés afin de mieux comprendre les différentes conséquences de cette crise inédite sur leurs adhérents. Plusieurs enquêtes ont été menées, prenant en compte des critères tels que l’évolution du chiffre d’affaires, les  perspectives de recrutement, le lien avec les bénévoles et les adhérents, les changements d’organisation interne, ou encore le recours aux aides de l’État et  l’identification de nouveaux besoins.

Découvrir des projets de recherche à l’occasion du mois de l’ESS

En 2020, le mois de l’ESS avait indéniablement une dimension numérique, en raison de son déroulement lors du second confinement. De nombreuses  initiatives ont émaillé le territoire, permettant parfois de nouer des dialogues autour de projets de recherche, comme cela a été le cas pour le Réseau de  recherche et de formation en ESS du Grand Est (Ressor Grand Est).

Les libertés associatives restreintes par la loi contre le séparatisme ?

Le projet de loi contre les séparatismes (rebaptisé « projet de loi confortant les principes républicains ») présenté mercredi 9 décembre en Conseil des ministres comporte plusieurs articles concernant directement les associations : l’article 6 conditionne l’octroi de subventions à la signature d’un « contrat d’engagement républicain » ; l’article 8 vise à imputer à une association – en tant que personne de droit moral – les agissements répréhensibles de ses  membres ; l’article 10 renforce le contrôle des structures émettant des reçus fiscaux.

Une nouvelle charte inter-associative dans les quartiers prioritaires

En complément, pour porter une attention particulière aux quartiers prioritaires des villes et aux besoins qui y sont exprimés, le Mouvement associatif  propose aux associations de ces territoires, depuis le 25 novembre 2020, de signer la Charte de coopération inter-associative. Cette charte est accompagnée  d’un guide méthodologique d’action au niveau territorial, afin que les associations s’inscrivent dans une logique de solidarité au service de l’intérêt général et  coconstruisent avec les citoyens des cadres de débats contradictoires et démocratiques.

Des aides territoriales plutôt que les dispositifs de l’État

Depuis la crise sanitaire, nombre d’associations semblent trouver les dispositifs d’État peu adaptés ou insuffisants : elles se tournent naturellement vers les aides territoriales,  plus proches de leurs spécificités. Une association sur deux prévoit désormais de solliciter un soutien de la part de sa région, de son département ou encore de son intercommunalité, alors que les prévisions pour le recours aux aides de l’État (délai de paiement et fonds de solidarité) restent stables.

Quelle générosité durant la crise ?

Pour la 25 e édition consécutive, Recherches & Solidarités a publié en novembre son étude « La générosité des Français », portant sur les dons réalisés en 2019. Ceux-ci ont augmenté de 2,4 %, atteignant  la somme de 2,6 milliards d’euros. Le nombre de foyers donateurs a baissé de 5,9 %, s’établissant à 4,7 millions. Afin de mesurer les premiers impacts de la crise sanitaire, des données ont été collectées sur les dons des particuliers et ceux des entreprises (à partir de l’enquête du Mouvement associatif réalisée en juin 2020).