Vers de nouvelles coopérations entre ONG et associations nationales ?

Dans la rubrique « opinions » de La Gazette des Communes ainsi que dans The Conversation, Philippe Eynaud, Emmanuelle Garbe et Vincent Pradier (Chercheurs à IAE de Paris et l’université Paris 1) se livrent à une analyse des évolutions du champ de la solidarité, longtemps marqué en France par une définition nette des rôles entre les ONG, ces grands acteurs de la solidarité internationale qui interviennent surtout dans les pays des Suds, et les associations, ces acteurs de la solidarité nationale. Pour eux, la crise sanitaire pousse à des collaborations nouvelles, la fermeture des frontières ayant notamment amené les ONG à s’intéresser à des missions en France. « Action contre la faim a, par exemple, démarré fin 2019 une mission de sécurité alimentaire des populations précaires vivant en Île-de-France et à Marseille. De son côté, l’ONG Solidarités International spécialisée dans les opérations d’eau et assainissement à l’international (la majorité de ses missions sont en Afrique), a ouvert en 2020 une mission d’assainissement  et de raccordement à l’eau potable de plusieurs bidonvilles en Île-de-France et dans les métropoles de Nantes et Toulouse » remarquent-ils. Mais ces rapprochements semblent également portés par des évolutions antérieures, comme l’illustrent les missions et terrains d’intervention de Médecins du Monde ou de la Croix Rouge, ou encore le Comité français pour la solidarité internationale qui expérimente depuis 2014 les coopérations de territoire à territoire. Notons qu’une thèse de doctorat est  actuellement engagée à l’IAE Paris en partenariat avec Coordination Sud pour collecter  des données sur ces questions.
Lien vers l’article : www.lagazettedescommunes.com/782067/quand-la-crise-sanitaire-rebat-les-c...