Une quarantaine d’entreprises du nord de la Franche-Comté se réunissent en coopérative pour promouvoir la « RSE »

Toute la Recma

  • 2010
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

La Bourgogne-Franche-Comté entend se positionner comme fer de lance de la RSE. En tout cas, le territoire nord de l’ancienne Franche-Comté, qui décline le sigle comme la « responsabilité sociétale des entreprises », de préférence à l’appellation usuelle de « responsabilité sociale et environnementale ».
Dans cette optique, la CGPME 90 (Belfort) a créé une structure baptisée Etre sous le statut d’une Scic (société coopérative d’intérêt collectif) afin de former entreprises et donneurs d’ordres à la RSE, la promouvoir et échanger les bonnes pratiques. Les premières actions démarrent cet automne.
Une quarantaine d’entreprises ont réuni les 18 000 euros minimum requis pour constituer la Scic.
La coopérative a fait sa première sortie publique le 12 octobre 2016 avec un double événement à Besançon : un premier club des associés, suivi d’une participation à une conférence du Mouvement français pour la qualité (MFQ) Franche-Comté et de la CCI sur « la RSE, moteur de la compétitivité ». Une polémique sur l’attribution des marchés de travaux pour le nouvel hôpital de Belfort-Montbéliard est à l’origine de l’initiative des petits patrons francs-comtois. Etre travaille avec Biom, cabinet nantais qui a mis au point une méthode pour passer la comptabilité d’une entreprise au crible de quelque 70 référentiels, et convertir en un « indice sociétal » la somme de données : montant des cotisations sociales, retombées fiscales pour le territoire, soutien aux associations, actions de santé et sécurité au travail, politique d’achats, investissements dans le développement durable, gestion de l’énergie, etc.
Etre devrait ainsi disposer des moyens, humains et techniques, pour remplir les missions qu’elle se donne : promouvoir la RSE, notamment par la participation aux salons d’entreprise de la région ; animer Attitude, un club d’échange de bonnes pratiques ; faciliter l’accès des entreprises aux appels d’offres... et surveiller l’attribution des marchés publics en Bourgogne-Franche-Comté.

D’après Mathieu Noyer (Traces écrites News, 10 octobre 2016.)