Un nouveau groupe mutualiste

Aéma Groupe a été fondé le 1 er janvier 2021 par Aésio Mutuelle et la Macif, qui ont travaillé pendant trois ans à l’élaboration de ce projet commun, tout en évitant de fusionner afin de préserver leurs réseaux respectifs. Le nouveau groupe est présenté comme « multimétiers et multimarques » et il devient le second groupe mutualiste en santé individuelle et collective, derrière VYV. Il annonce plus de 8 millions de personnes protégées, 8 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 14 000 collaborateurs. Des chiffres vertigineux qui ne sauraient faire oublier que le véritable défi, pour une mutuelle, est de maintenir une relation de proximité sans laquelle il lui sera difficile de faire valoir sa différence avec les assureurs commerciaux.
En transformation constante depuis deux décennies, les organigrammes mutualistes sont devenus de véritables casse-tête pour les adhérents de base, censés être les principaux bénéficiaires des stratégies de groupe. L’atout commercial que représente l’affectio societatis est manifestement disqualifié dans ces configurations instables. La course à la taille est-elle la seule voie possible pour maintenir un équilibre économique ?