Rio+20: "le tournant de l’économie sociale n’a pas été pris"

Le Sommet Rio + 20 n’a pas répondu aux attentes espérées pour la mise en place de politiques tournées vers le développement durable. Les Etats n’ont pris aucun engagement réel lors de cette conférence. Parmi les forums citoyens organisés à cette occasion, celui de l’économie sociale et solidaire a remporté un franc succès. L’Association des Rencontres du Mont-Blanc à l’origine de ce rassemblement regroupe des dirigeants de l’économie sociale de nombreux pays et des divers continents a participé à Rio + 20. Son président, Thierry Jeantet, tire, à sa manière, les conclusions du sommet et se félicite de la réussite du forum de l’économie sociale dans une interview accordée à Nord-Social.info.   Les RMB n'ont pourtant pas démérité (écouter également l'interview de Th Jeantet sur Néo Planète)

Le 19 juin, la salle était comble pour assister à l’unique réunion du Sommet dédiée à l’Economie Sociale et Solidaire. Les RMB-FIDESS ont compté avec le soutien d’un tandem franco-brésilien représenté par Benoit Hamon, Ministre français délégué à l’ESS et Paul Singer, Secrétaire National brésilien de l’ESS. Monsieur Brice Lalonde, co-coordinateur du Sommet de Rio+20, a redit son appui et son souhait de voir l’ESS reconnue internationalement.  

Les 20 propositions et la résolution en faveur de l’ESS, présentées par les RMB-FIDESS, ont été soutenues par le tandem franco-brésilien. L'économie verte n'apparaissant pas comme la panacée, comme l'ont souligné le Président de la République Française et d'autres Chefs d'Etat, le rôle de l'Economie Sociale et Solidaire devient incontournable. D’autres pays les ont déjà rejoints pour défendre la pluralité des modèles économiques et donc la place de l'ESS dans le texte final de la Conférence, à l’instar de l’Equateur représenté par la conseillère au Ministre du Plan et de Développement, mais aussi le Guatemala, la Bolivie.