Prix de thèses de l’Addes : les sciences économiques à l’honneur

Huit thèses étaient en compétition cette année pour recevoir le prix de l’Association pour le développement des données sur l’économie sociale (Addes). Relevant de quatre disciplines différentes, ces travaux montraient que l’économie sociale et solidaire (ESS) est un objet de recherche désormais assez bien identifié dans la majeure partie des sciences humaines et sociales. Cependant, alors que les thèses en sciences de gestion avaient tendance à représenter la part la plus importante des travaux reçus depuis quelques années (le tiers lors de l’édition 2015), le jury notait cette année une orientation plus prononcée vers l’économie, qui concentrait la moitié des thèses reçues, l’autre moitié se répartissant entre la sociologie (deux thèses), les sciences de gestion et les sciences politiques et sociales (une thèse chacune). Sans grande surprise, ces thèses en économie relèvent d’une approche que l’on peut qualifier d’hétéro­doxe en référence aux récents débats au sein de la discipline, montrant à la fois que ce type d’approche séduit de jeunes chercheurs et qu’elle est très probablement plus adaptée à l’étude et la bonne compréhension de l’ESS qu’une approche orthodoxe fondée sur une métho­dologie essentiellement économétrique faisant peu de cas des éléments qualitatifs et des apports de l’interdisciplinarité.

L’attribution du prix de thèses de l’Addes s’est effectuée en deux étapes : une première sélection a permis de retenir trois des huit thèses, puis une seconde étape a consisté à départager les trois thèses retenues sur la base d’une analyse plus approfondie s’attachant en particulier à apprécier les qualités pédagogiques déployées dans la rédaction de la thèse, la pertinence des principaux concepts théoriques mobilisés et de leur application au sujet traité, la solidité de l’approche méthodologique choisie, la rigueur de l’argumentation fournie et l’originalité des résultats mis en exergue et leur caractère opérationnel, tant dans le domaine de la recherche que dans le champ professionnel.
Sur cette base, le jury a tout d’abord retenu trois thèses relevant des sciences économiques : celles de Juliette Alenda-Demoutiez (Lille), Laura Nirello (Nantes) et Philippe Séménowicz (Paris-Est).

Interdisciplinarité et théorie des conventions
Ce qui apparaît tout d’abord à l’analyse des trois thèses retenues est qu’elles font toutes une place centrale à la théorie des conventions développée dans les années 1980 sous la houlette de Luc Boltanski et Laurent Thévenot. Ce cadre d’analyse, qui revendique une influence partagée de la sociologie et de l’économie et prône les vertus de l’interdisciplinarité, confirme ainsi sa richesse et sa grande capacité explicative lorsqu’il est appliqué aux organisations de l’ESS comme l’ont fait dès les années 1990 Bernard Enjolras pour analyser les associations sanitaires et sociales (Recma, 1994), ou Pierre Pailler pour expliquer les décisions d’octroi de crédit dans une banque coopérative (Recma, 1992). C’est donc une approche interdisciplinaire de l’ESS qui est proposée dans ces trois thèses, montrant qu’il s’agit bien là d’un positionnement théorique approprié pour comprendre la complexité et les spécificités des organisations de l’ESS.
Un autre point commun à ces trois thèses est leur grande clarté et leurs indéniables qualités rédactionnelles qui en rendent la lecture très agréable. Cela mérite d’autant plus d’être souligné que, comme l’ont d’ailleurs indiqué plusieurs des rapports de thèse, il est devenu courant en sciences économiques de rédiger des travaux construits autour de quelques articles déjà publiés, le plus souvent surtout composés d’équations et essentiellement compréhensibles des seuls spécialistes de la discipline.

Deux thèses primées ex aequo
Le jury a décidé d’attribuer conjointement le prix de l’Addes 2017 aux thèses de Juliette Alenda-Demoutier et de Laura Nirello. Portant sur la place des mutuelles de santé au Sénégal, la thèse de Juliette Alenda-Demoutier s’attache à explorer leur rôle potentiel en matière d’assurance-maladie dans un pays où celle-ci est encore très embryonnaire. Le jury de l’Addes a particulièrement apprécié le choix d’un terrain sur lequel les travaux sont encore rares et la connaissance approfondie de ce terrain dont fait montre l’auteure. Il a souligné également la remarquable expertise de l’organisation du mouvement mutualiste au Sénégal et plus largement en Afrique de l’Ouest, et la réflexion stimulante qui est proposée sur la pertinence et les limites à transposer dans le contexte africain les concepts habituels de la protection sociale qui se sont essentiellement construits en référence au contexte occidental (y compris la dimension démocratique propre aux mutuelles, qui ne trouve pas une déclinaison naturelle dans la culture africaine).
La thèse de Laura Nirello porte sur la qualité de l’emploi dans les organisations de l’ESS à travers l’étude du cas plus spécifique des établissements d’hébergement de personnes âgées dépendantes (Ehpad). Elle montre que la qualité de l’emploi dans ce secteur reste faible, ce qu’elle attribue à l’existence de régulations publiques plus contraignantes à l’égard des organisations de l’ESS. Le jury a particulièrement apprécié la rigueur de la démarche méthodologique proposée, qui combine l’analyse de données statistiques et de données recueillies à partir d’entretiens et apporte sur cette base une contribution solide et inédite à la connaissance de la qualité de l’emploi en ESS, plus particulièrement dans les Ehpad. Cette analyse comparative de la qualité de l’emploi débouche sur des résultats sans complaisance pour l’ESS, qui montrent globalement que ce n’est pas mieux dans l’ESS qu’ailleurs. Dans son travail, Laura Nirello s’attache notamment à identifier le poids respectif du statut juridique et du domaine d’activité pour expliquer la moindre qualité de l’emploi observée. Elle montre ainsi que c’est davantage le domaine d’activité (l’hébergement des personnes âgées dépendantes) que le statut ou le secteur (l’ESS) qui explique les résultats observés.

Eric Bidet