Plus d’épargne pour l’ESS ?

Le secteur de l’ESS, qui représente 10 % du PIB français et 12,7 % de l’emploi, milite depuis de longues années pour voir le flux de l’épargne des ménages mieux orienté vers ses entreprises. Finansol, organisme qui labellise les produits d’épargne solidaire, plaide ainsi pour la création d’un livret de développement durable et solidaire (LDDS) qui pourrait permettre d­ ’atteindre, à terme, l’objectif que s’est fixé le secteur : repré­senter 1 % de l’épargne financière des Français.

En lien avec cette perspective, le projet de loi relatif à la modernisation de la vie économique, présenté récemment par le ministre des Finances, Michel Sapin, devrait permettre de diriger davantage l’épargne des ménages vers le financement des entreprises de l’ESS. Concrètement, il prévoit de consacrer une part des encours du livret de développement durable (LDD) aux entreprises du secteur. Il est ainsi indiqué, dans le projet de loi Sapin 2 : « Les banques proposeront annuellement à leurs clients détenteurs d’un LDD d’en affecter une partie au financement d’une personne morale relevant de l’économie sociale et soli­daire comme par exemple une association ou une entreprise de l’ESS. »