Olivia Grégoire va-t-elle relancer les PTCE ?

Le potentiel de développement économique des pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) intéresse beaucoup Olivia Grégoire, secrétaire d’État chargée de l’Économie sociale, solidaire et responsable. Elle a demandé un rapport d’étude au Labo de l’ESS, dont le président, Hugues Sibille, a présenté
les principaux enseignements à l’occasion d’un webinaire organisé le 5 février avec le Réseau des collectivités territoriales pour une économie solidaire (RTES). Rappelons que les PTCE ont été créés avec pour objectif de faciliter les coopérations entre l’ESS et le monde des TPE/PME, ou encore les centres de formation, les universités, les collectivités locales, etc. Ils peuvent avoir plusieurs statuts, celui de Scic ou d’association loi 1901 principalement. Où en est-on aujourd’hui ? Parmi les 74 PTCE identifiés par l’étude, 56 semblent réellement actifs. Leur implantation géographique laisse voir des « zones  blanches », plutôt dans le centre de la France, là où l’ESS est déjà peu présente. Autre enseignement, deux modèles  coexistent : les PTCE dont les actions sont  tournées vers l’intérêt général, avec un financement apporté en grande partie par les subventions, et les PTCE de services aux entreprises, qui  facturent leurs prestations et dont le modèle économique est plus entrepreneurial. « Deux modèles intéressants, utiles et complémentaires », a précisé  Hugues Sibille. Autre évolution de ces dernières années, l’apparition de nouveaux dispositifs territoriaux dont la finalité est proche ou qui fonctionnent selon le même état  d’esprit : les Territoires zéro chômeur de longue durée (TZCLD) ou encore les tiers-lieux.
Enfin, si la crise sanitaire n’épargne pas les PTCE, il semble y avoir un choc de mobilisation positif autour de son modèle, puisqu’il fonctionne dans une  logique de transition écologique, de solidarité et de coopération sur le territoire. « Il faut espérer que les politiques publiques flèchent mieux l’argent vers les
PTCE, mais aussi que les politiques de l’Union européenne – qui reconnaissent les PTCE comme des « clusters d’innovation sociale » – puissent converger
» a souligné Hugues Sibille... À suivre !