Les propositions de la Mutualité française pour la transformation du système de santé

En septembre 2019, la Mutualité française avait organisé ses journées de rentrée sur le thème « Les mutuelles, actrices de la transformation du système de santé ». Il s’agissait, pour le partenaire historique de la Sécurité sociale, de mieux faire entendre sa voix en tant que force de proposition auprès des pouvoirs publics.
Dans cette optique, la Mutualité française a apporté sa contribution aux travaux du Ségur de la Santé en proposant diverses solutions concrètes pour répondre aux dysfonctionnements du système de santé mis en évidence par la pandémie : le transfert aux régions de la compétence de la prévention ; le renforcement des compétences médicales des Ehpad pour en faire des centres de ressources gériatriques, parallèlement à la mise en œuvre de moyens pour le maintien des personnes dépendantes à leur domicile ; le recentrage des ARS (agences régionales de santé) autour de deux missions régaliennes : la sécurité sanitaire et la régulation de l’offre.
L’une des recommandations mutualistes a heurté la sensibilité libérale d’une grande partie du corps médical, car elle proposait d’abandonner « progressivement l’exercice isolé des professionnels de santé du premier recours », pour « faire de l’exercice systématique des professionnels de santé en équipe et en réseau au sein d’espaces de santé pluriprofessionnels la règle, à un horizon de cinq ans ». Sans surprise, le Syndicat de la médecine libérale (SML) a immédiatement réagi en fustigeant « les provocations » d’une Mutualité qui prône « la fin de la liberté d’exercice des médecins libéraux en rendant obligatoire l’exercice en mode kolkhoze et les rémunérations collectivistes qui s’y rattachent ».
Depuis un siècle se répète l’antienne d’une médecine libérale qui serait synonyme de qualité des soins. Au titre des « outrances collectivistes » qui ont pu un temps déstabiliser ce tabou français, rappelons que la Mutualité a été à l’avant-garde, dans ses centres médicaux polyvalents, d’une médecine d’équipe (et salariée) proposant une alternative à l’exercice libéral de la médecine, tout en laissant au patient le libre choix du praticien.
Le thème de la journée de rentrée du 1 er octobre a constitué une nouvelle occasion, pour les délégués de la Mutualité française, de débattre des failles du système de santé qui ont été exacerbées par l’épisode Covid-19 : « Inégalités sociales de santé, fractures territoriales : les mutuelles s’engagent ». Comme la plupart des rencontres de l’année 2020, celle-ci s’est déroulée dans les conditions inédites de la visioconférence.

Voir à ce sujet le document publié par la Mutualité française : https://www.mutualite.fr/actualites/covid-19-un-livret-pour-temoigner/