Les coopératives espagnoles pour lutter contre la cherté de l'énergie

Face à la flambée des prix de l'électricité en Espagne, de plus en plus de consommateurs s'organisent en coopérative afin de réduire leur facture énergétique.

Alors que le prix de l'électricité a augmenté de 80% depuis 2006 et que la bulle des énergies renouvelables explose, les Espagnols n'hésitent plus à s'organiser en coopératives unies pour acheter leur énergie moins cher. Une association regroupant 400 000 usagers vient de lancer un appel d’offres aux entreprises énergétiques espagnoles afin d’obtenir des petits prix sur l’électricité pour les 12 prochains mois. Une façon de lancer un défi aux grandes entreprises de ce secteur quasi monopolistique en Espagne. 

À Fuenlabrada, en banlieue de Madrid, Carolina Minguez gagne 1 000 euros par mois, la moyenne espagnole. Avec une facture d'environ 80 euros, le prix de l’électricité est devenu un vrai problème pour elle. "La facture a augmenté de 60% depuis le début de la crise", rappelle Carolina Minguez. Ce n’est pas un luxe, c’est un service essentiel pour les gens, et son prix augmente énormément alors que tous les salaires baissent. C’est la double peine pour le consommateur."

Carolina Minguez fait partie des 477000 Espagnols qui se sont unis au sein d'une coopérative baptisée "Je veux payer moins cher " pour lancer un appel d’offres aux entreprises distributrices d’électricité. "En Espagne, c’est la première fois qu’il y a ce type d’action collective pour faire pression sur un marché", souligne-t-elle.

 "On ne peut pas changer les règles du jeu en plein match"

 L’électricté espagnole est la troisième plus chère d'Europe. Le pays doit beaucoup importer, et les autorités semblent ne plus croire à la solution alternative des énergies renouvelables. Après avoir coupé les subventions au secteur, Madrid veut désormais imposer une taxe sur le solaire.

 [...] Avec 26 milliards d’euros de déficit énergétique, Madrid cherche à réduire ses coûts. Cependant, 55000 petits investisseurs seraient affectés par le sacrifice du développement du solaire.

L'intégralité de l'article de Par Adeline PERCEPT pour France24