La vulnérabilité des petits producteurs péruviens, regards croisés d’une coopérative de café et d’un investisseur social

Camille Frazzetta, Marc Berger et Dominique Lesaffre. Paris, L’Harmattan, 2012, 115 p.

Ce petit livre restitue un travail d’accompagnement effectué au Pérou auprès d’une coopérative de producteurs de café par Solidarité internationale pour le développement et l’investissement (Sidi), organisme d’investissement social soutenu par l’épargne solidaire du fonds commun de placement Faim et Développement. La coopérative La Florida, composée de plus de 2 000 membres, a été durement affectée dans les années 90 par la guérilla du Sentier lumineux, mais s’est consolidée sur le marché du commerce équitable. Elle développe de nombreuses activités dans le domaine social, de l’éducation des jeunes aux services et infrastructures communautaires de base.

L’étude illustre surtout la façon dont un investisseur social appréhende la question de l’utilité, à partir d’une grille d’analyse de la vulnérabilité des familles construite sur la base des théories d’Amartya Sen. Une enquête menée en deux temps, à deux années d’intervalle, permet d’apprécier les améliorations de la situation des familles en termes de revenus, de diversification des activités et d’accès aux services de base (p. 87). Les résultats ont permis d’enrichir la formulation du plan stratégique de la coopérative (p. 90).

Le texte, qui s’apparente plus à un rapport d’étude qu’à un véritable ouvrage de synthèse, veut rendre compte d’une démarche « artisanale » (p. 98). Cette dernière, tout en valorisant l’approche méthodologique retenue (analyse multifactorielle, importance de la proximité enquêteur-enquêté, processus longitudinal), ne doit pourtant pas renoncer à l’ambition de définir un cadre global à la hauteur de l’ambition solidaire de la Sidi !

François Doligez, Iram, université de Rennes 1