La Mutualité française, partie prenante d’une coalition à visée sociale et écologique

À la demande de la Mutualité française, le Premier ministre a reçu le 27 août une délégation composée de 19 organisations de l’ESS et syndicats (ATD Quart Monde, CFDT, CFTC, Cimade, Fage, Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’homme (FNH), Francas, France Nature Environnement (FNE), France Terre d’asile, Humanité et Biodiversité, Fondation Abbé-Pierre, Ligue de l’enseignement, Mouvement associatif, Mutualité française, Pacte civique, Réseau Action Climat, Secours catholique, Uniopss, Unsa.), qui sont à l’origine du « Pacte du pouvoir de vivre ». Cette rencontre faisait suite à une conférence de presse organisée le 17 juin, au cours de laquelle ces organisations ont appelé le gouvernement à les associer à la coconstruction des politiques publiques et « à actionner les leviers nécessaires pour traduire en actes la volonté affichée d’engager la transition écologique, d’éradiquer la grande pauvreté, d’endiguer la disparition de la biodiversité et de réduire les inégalités notamment territoriales ». La délégation a présenté huit mesures d’urgence – issues du Pacte du pouvoir de vivre – qu’elle estime devoir être mises en œuvre dès cette rentrée.
Elles portent sur diverses questions sociales et environnementales telles que la lutte contre la précarité énergétique, l’amélioration du logement pour les plus démunis, l’instauration d’une justice fiscale, la revalorisation des minima sociaux, l’adoption de mesures spécifiques pour la perte d’autonomie due au grand âge dans le projet de loi de finances de la Sécurité sociale (PLFSS) 2019, la possibilité pour les migrants de déposer leur demande d’asile en France, etc.