IXes rencontres du Riuess à Roanne : « Entreprendre en économie sociale et solidaire : une question politique ? » 17-18 juin 2009 Roanne

Les 17 et 18 juin 2009 se sont tenues à Roanne les IXes rencontres du Réseau interuniversitaire de l’économie sociale et solidaire (Riuess). Dans la ville d’où Henri Desroche est originaire, les participants se sont interrogés sur le thème « Entreprendre en économie sociale et solidaire : une question politique ? ». Autrement dit, alors qu’il est fréquent de parler de banalisation des entreprises de l’ESS, l’ambition du colloque a été de réinterroger le pôle moins économique de l’ESS. Il n’est plus sérieusement contesté que l’ESS ait une dimension économique, mais il reste alors à repérer les caractéristiques de cette activité qui la distinguent de celle des entreprises capitalistes. L’hypothèse qu’a voulu éprouver le réseau était que la finalité politique pouvait être une de ces caractéristiques.

Pour tester cette hypothèse, les travaux se sont organisés autour de plusieurs thématiques: l’ESS et l’innovation, l’ESS et le marketing, les finances solidaires, le local et l’international, les nouvelles formes d’entreprise de l’ESS… Plus frontalement, un autre thème a envisagé les politiques de l’ESS, entre contestation et banalisation. Une dernière thématique a esquissé un dialogue prometteur entre l’ESS et d’autres formes d’innovation également animées par des visées politiques, comme la décroissance. Chacune de ces orientations a vu se croiser des réflexions théoriques et des observations tirées de la pratique.
Avec une thématique riche et stimulante, ce colloque a donc poursuivi le cycle entrepris en 2001 à Valenciennes. Certaines des communications pourront se retrouver au sein de la Recma et, parallèlement, un ouvrage devrait reprendre les communications faisant apparaître la plus grande cohérence. Cette publication (dont le lieu exact sera annoncé ultérieurement) constitue déjà une nouveauté dans le souci de laisser des traces des réflexions. Les actes du colloque des VIIIes rencontres (à Barcelone), sur ESS et développement, ont avec la même volonté été mis en ligne.
Le colloque de Roanne a été l’occasion de plusieurs autres initiatives, plus ou moins neuves. D’abord, l’accent a été fortement placé sur la participation des acteurs, notamment locaux (rencontres, discussions, promotion du développement de l’ESS dans le Roannais…). Avec un inégal bonheur, le monde politique a également été associé aux réflexions au travers d’une table ronde ; en contraste avec le sentiment des acteurs locaux dans leurs relations avec le monde politique, c’est sans conteste parmi les responsables politiques présents le Parti communiste qui, représenté par Sylvie Mayer, est apparu le plus convaincant. L’ouverture s’est encore opérée par une clôture consistant dans un retour d’impressions sur le colloque par trois personnes (groupe miroir) : un étudiant, un acteur et un chercheur extérieur à l’ESS.
 
Finalement, comme chaque année, le colloque a été l’occasion d’une réunion du réseau qui a abordé avec attention son évolution. Si une structuration n’est pas apparue souhaitable pour l’instant, la perspective en a été sérieusement envisagée. Le choix a été fait de poursuivre l’ouverture européenne pour la dixième année du Riuess, puisque son colloque se tiendra à Luxembourg. Sa thématique porte aussi l’empreinte de l’ambition d’une décennie : esquisse de construction d’un corpus de l’ESS. En conclusion, les rencontres de Roanne apparaissent tout à la fois comme la continuité des précédentes et l’amorce d’une évolution de ce réseau de chercheurs ouvert sur les acteurs.
 
David Hiez