Colloque ACI à Lyon les 2-4 septembre 2010 : "contributions des coopératives à une économie plurielle"

La chambre régionale de l’économie sociale et solidaire (Cress) de Rhône-Alpes, l’université de Lyon II et le comité de recherche de l’Alliance coopérative internationale (ACI) ont organisé un colloque européen les 2, 3 et 4 septembre au coeur de la ville de Lyon. Cette rencontre a réuni environ cent cinquante universitaires provenant de vingt-deux pays d’Europe, d’Asie, d’Afrique et d’Amérique. C’est l’un des attraits de ces rencontres du comité de recherche de l’ACI que de réunir des participants de plusieurs continents, d’ouvrir les questionnements à des problématiques multiples et de permettre d’établir des échanges dans la durée.

Le cadre magnifique de la ville de Lyon et l’attention toute particulière des équipes organisatrices, et notamment de Denis Colongo et Jérôme Blanc, ont permis aux participants de vivre une rencontre passionnante sur le plan scientifique et humainement très chaleureuse. Les interventions introductives de Denis Colongo, de Jérôme Blanc, de Guylaine Gouzou Testud, adjointe au maire de Lyon, et plus largement les réceptions organisées par les autorités municipales et du Grand Lyon ont permis de faire découvrir aux congressistes l’histoire coopérative lyonnaise et les pratiques contemporaines locales et régionales, qui, comme on le sait, sont remarquables.

Constatant que l’existence du monde coopératif met en actes l’idée d’une économie plurielle, c’est‑à-dire articulée autour d’une pluralité de formes d’organisation de la production et des échanges, les organisateurs du colloque ont invité les participants à se pencher sur les principaux enjeux de cette pluralité, en particulier : la contribution spécifique des coopératives ; les combinaisons d’institutions et d’organisations favorables au développement du monde coopératif; la pluralité des droits coopératifs; l’attractivité des coopératives, entre concurrence et complémentarité des modes d’entreprendre; l’autonomie et l’articulation avec les autres formes économiques; la dynamique et l’exemplarité des innovations coopératives. Vingt groupes de travail comprenant chacun quatre ou cinq interventions se sont réunis. La plupart des interventions présentaient des approches pluridisciplinaires d’expériences coopératives dans des secteurs très variés. Cependant, les approches économiques, juridiques et gestionnaires des coopératives bancaires, agricoles et de travail étaient les plus fréquentes.

Entre ces groupes de travail se sont tenues deux tables rondes, l’une sur « Les coopératives et le développement local », l’autre sur « La reprise d’entreprises sous forme coopérative ». Roger Spear (Open University et ancien président du comité de recherche de l’ACI) a prononcé la conférence de clôture sur les formes coopératives hybrides. Soulignant, parmi d’autres évolutions, les adaptations du membership, le droit de vote des non-membres, la possibilité pour les coopérateurs de posséder des actions, le contrôle managérial, l’évolution des modes de gouvernance, l’importance du modèle des multistakeholders (parties prenantes) et les adaptations statutaires pour accéder aux finances, Roger Spear a distingué trois types de coopératives hybrides : les manager controlled coopératives, les business coopératives, les public-welfare service coopératives.

La Recma, représentante permanente du comité de recherche de l’ACI en France, était associée à l’organisation scientifique du colloque et nombre des membres de son comité de rédaction et de son comité international y participaient. Comme pour la précédente rencontre du comité de recherche ACI en France, la Recma publiera une sélection des meilleures contributions présentées à Lyon.

Jean-François Draperi

Le programme définitif

La liste des ateliers